Le point sur la disparition des abeilles


Article : "La disparition des abeilles : enquête" Date : 16 mai 2008, mis à jour le 23 Décembre 2008 Source : Science.gouv.fr – Ministère de l’Enseignement et de la Recherche (France). – Texte intégral

Ce phénomène, mondial, mobilise des chercheurs de toutes nationalités. Il pourrait avoir des conséquences très graves : la disparition des insectes pollinisateurs serait un désastre écologique menaçant l’agriculture et une grande partie de nos ressources alimentaires. Probablement multifactoriel, le dépérissement des colonies d’abeilles trouve une partie de ses causes dans les activités humaines et leurs influences sur les paysages, les ressources et les équilibres écologiques.

Un phénomène déjà connu

Abeille charpentière

En 2007, les Etats-Unis tirent la sonnette d’alarme : les abeilles disparaissent massivement et soudainement. Partout dans le monde, le taux de mortalité apicole atteint des records, de la fin de l’année 2006 à la fin de l’hiver 2007 : perte de 60 % des colonies aux USA et jusqu’à 90 % dans certains Etats de l’Est et du Sud ; 40 % des ruches se sont vidées au Québec, 25 % des colonies sont décimées en Allemagne, idem à Taiwan, en Suisse, au Portugal, en Grèce et dans de nombreux autres pays d’Europe. Pour la première fois, une estimation des pertes financières potentielles liées à la disparition des abeilles est réalisée : près de 15 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis. Les médias alertent alors l’opinion publique.

Des colonies victimes d’un « syndrome d’effondrement »

Apis mellifera

Les premières traces de colonies d’abeilles anéanties brutalement remontent au XIXe siècle. Mais la situation actuelle présente des caractéristiques particulières. Phénomène planétaire, la disparition des abeilles est spectaculaire : du jour au lendemain la ruche se vide et l’on ne retrouve que peu ou pas de cadavre.
Ce syndrome d’effondrement des colonies, appelé en anglais Colony Collapse Disorder (CCD) est décrit depuis les années 1970. Il est caractérisé par une absence d’ouvrières, seules restent la reine qui continue de pondre et quelques jeunes abeilles. Les rares adultes encore présents sont infestés par différents virus pathogènes et des champignons. Le couvain (ensemble rassemblant les larves, les pupes, et les œufs) est bien fermé et il subsiste des stocks de nourriture (miel et pollen). Curieusement, ils ne sont pas pillés par les autres abeilles et ne sont attaqués que très tardivement par les parasites. Dans les ruches sur le point de s’effondrer, on observe que les ouvrières sont de jeunes adultes, leur nombre ne suffit plus à soigner le couvain et l’essaim refuse de consommer la nourriture apportée (sirop de maïs ou autres suppléments).

Les causes : des abeilles affaiblies dans un environnement défavorable

1) Produits phytosanitaires agricoles et cultures OGM : des facteurs controversés

2774676802_0133172de6_mEn France, en 1993, les apiculteurs constatent une baisse importante de la production de miel. Ils pointent du doigt l’utilisation du Gaucho, un insecticide utilisé en enrobage des semences pour lutter contre les insectes ravageurs et à base d’imidaclopride. L’affaire fait grand bruit et les études scientifiques contradictoires se multiplient. Il s’avère que si l’imidaclopride est très toxique pour certains insectes ravageurs tels que la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, il l’est aussi pour les abeilles. En effet, ce produit est « systémique » : sa substance active pénètre dans la plante et se diffuse par la sève. C’est ainsi qu’il migre à faible dose jusque dans le pollen des fleurs. Pourtant, rien ne prouve qu’il soit la cause directe de la mortalité massive des abeilles, car certaines colonies se sont effondrées là où il n’était pas utilisé.

Après le Gaucho, le Régent, à base de fipronil, est mis en cause. Tous deux sont progressivement interdits par l’Etat sur différentes cultures en France. En 2007 et 2008, le Cruiser, à base de thiametoxam, est également dénoncé par les apiculteurs. L’Agence française de sécurité sanitaire alimentaire (Afssa) rend néanmoins un avis favorable assorti de nombreuses précautions et recommandations, pour la sécurité des abeilles notamment.

Au regard des données évaluées au niveau européen, le thiaméthoxam et le CGA 322704 [un métabolite NDLR] sont très toxiques pour les abeilles. Le thiaméthoxam est systémique et peut migrer vers les pollens et nectars. [...] Dans l’attente des résultats d’études complémentaires, afin de réduire l’exposition via la récolte de pollen ou de nectar provenant de la culture traitée ou de cultures suivantes et susceptibles de contenir des résidus de thiaméthoxam, il conviendrait, pendant la période de floraison, d’éloigner les ruches à plus de 3 km de cultures provenant de semences traitées et de ne pas introduire ultérieurement de plantes pouvant devenir attractives pour les abeilles dans la rotation culturale ou appliquer des mesures permettant de limiter l’exposition des abeilles. De plus, un suivi de ruches pilotes dans des conditions réalistes est recommandé pour quantifier le niveau potentiel de contamination dans les ruches et affiner l’incidence et la nature des risques à long terme.1

Une partie de la communauté scientifique estime néanmoins que les abeilles sont progressivement intoxiquées et affaiblies par différents insecticides. Leurs traces se retrouvent à doses sublétales dans les abeilles mais aussi dans les ruches. « Les abeilles domestiques (Apis mellifera), par leur consommation de nectar et de pollen, peuvent être intoxiquées par une exposition unique (toxicité aiguë) ou répétée (toxicité chronique) à ces insecticides. Les molécules peuvent induire la mort des abeilles ou provoquer des effets sublétaux sur leur physiologie, leurs capacités cognitives et leur comportement, qui en retour peuvent occasionner des pertes d’abeilles ou affecter le développement de la colonie. »2

Parmi ces produits, on trouve la famille des néonicotinoïdes avec l’imidaclopride, le thiamethoxam ou le clothianidine, et la famille des pyréthroïdes de synthèse avec la deltaméthrine. Ces substances agissent sur le système nerveux des insectes.

"L’imidaclopride possède une forte affinité pour les récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine de la région post-synaptique du système nerveux central des insectes. L’inhibition de la transmission cholinergique conduit à la paralysie et à la mort des insectes."3

Si la toxicité de certaines substances est établie, des obstacles techniques doivent être surmontés pour trouver des modèles d’études efficaces.

« Les tests de toxicité ont été conçus pour étudier des insecticides de faible activité résiduelle appliqués sur les parties aériennes des plantes, tandis que les insecticides systémiques se dégradent lentement et sont hautement toxiques. De nouvelles procédures réglementaires appropriées et des tests spécifiques complémentaires sont donc nécessaires pour estimer les éventuels impacts sub-létaux et chroniques de ces insecticides sur les abeilles »4

Les produits phytosanitaires attirent aussi la suspicion parce que l’abeille est particulièrement vulnérable aux toxines chimiques, bien davantage que la mouche drosophile par exemple. L’étude du génome5 d’Apis mellifera (l’abeille domestique) montre que cet insecte possède très peu de gènes pour le système immunitaire inné. Plus préoccupant, elle est dépourvue de gène codant pour les enzymes de détoxification et se révèle donc incapable de développer une capacité de résistance contre les insecticides, produits qui agissent à très faibles doses et auxquels les abeilles sauvages seraient encore plus exposées.


Certaines cultures OGM ont elles aussi été mises en cause dans la presse car ces semences produisent leur propre insecticide. Les études qui y ont été consacrés restent ambigües. Une étude américaine a ainsi montré que la toxine bactérienne transgénique Bacillus thuringiensis (Bt) pourrait être néfaste aux taxons (groupe d’organisme vivants possédant en commun certains caractères taxinomiques) non ciblés par la toxine.6 En effet, il en ressort que si les invertébrés non ciblés sont plus nombreux dans les champs de cultures transgéniques (sans pesticides) que dans des champs non transgéniques mais traités, ces même invertébrés non ciblés sont encore plus nombreux dans les champs témoins, à la fois non transgéniques et non traités. Certains d’entre eux seraient donc bien victimes de la toxine Bt. Une autre étude7 avance que l’exposition des abeilles à la toxine Bt pourrait, certes, avoir des effets indirects en plein champ, mais que l’expérience n’a mis en évidence aucun effet négatif direct sur la survie de larves d’abeille en condition de laboratoire. Par ailleurs, les effets de doses sub létales à long terme restent inconnus.

2) Les parasites

Un bourdon couvert de pollen de rose trémière

Les abeilles sont aussi victimes d’agents naturels tels que des parasites appartenant à la famille des acariens. Les varroas – Varroa jacobsoni – proviennent d’Asie et se sont installés en Europe dans les années 1960. Identifiés en France au début des années 1980, ils ont contraint les apiculteurs à traiter les ruches avec des acaricides. En effet, ces parasites sont de puissants vecteurs de virus pathogènes. Mais depuis quelques années et un peu partout dans le monde, outre-Atlantique en particulier, les varroas développent des capacités de résistance aux traitements. C’est pourquoi ils sont suspectés d’être à l’origine de l’épidémie actuelle. Cependant, aucune corrélation absolue n’a pu être établie avec le phénomène d’effondrement. D’autres maux sévissent dans les colonies d’abeilles : loques américaines et européennes, acarioses provoquées par Acarapis woodi ou d’autres parasites qui s’installent en Europe. Une bonne partie de ces parasites, même s’ils prolifèrent, étaient présents depuis longtemps et n’expliquent pas, à eux seuls, le pic de mortalité apicole.

3) Les champignons parasites

Les abeilles subissent de redoutables propagations de champignons. Parmi ceux-ci, Nosema cerenae, retrouvé en masse dans le corps d’abeilles mortes, semble particulièrement virulent. Récent en Europe, c’est un champignon présent depuis plus de 10 ans aux Etats-Unis et découvert il y a 5 ans en France. Il est de plus en plus suspecté d’être une cause majeure du syndrome d’effondrement. En cas de « nosémose », nom de la maladie parasitaire provoquée par le champignon, l’intestin des abeilles est attaqué. Victimes de diarrhées, elles libèrent des microspores et contaminent d’autres abeilles. En 2008, une étude espagnole8 a pour la première fois prouvé la responsabilité de ce champignon dans l’effondrement de colonies. Selon les auteurs, une longue période d’incubation asymptomatique peut expliquer l’absence de signes avant-coureurs de l’effondrement. Le recours à un très puissant antibiotique (fumagiline) s’est révélé un remède efficace, mais à court terme seulement (6 mois à 1 an).

4) D’autres insectes prédateurs

D’autres insectes en provenance d’Asie ou d’Afrique menacent aussi les abeilles européennes. Parmi ceux-ci, le petit coléoptère des ruches Aethina tumida9 originaire d’Afrique du sud, et le frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax s’avèrent de redoutables prédateurs. Face au coléoptère, des mesures de restriction d’importation d’essaims s’imposent car un traitement chimique serait préjudiciable aux abeilles . Le frelon,10 introduit accidentellement dans notre pays en 2004, s’acclimate dans treize départements du Sud-Ouest. Prédateur de l’abeille domestique, sa dispersion est suivie de très près par les scientifiques.

5) Les transformations environnementales et climatiques

En restructurant les paysages et en détruisant les haies, talus et bosquets, qui sont autant de sites de nidification pour les espèces sauvages, les hommes nuisent aux pollinisateurs et aux abeilles. La réduction de la biodiversité florale provoque également une raréfaction des ressources alimentaires. C’est un cercle vicieux : moins de plantes à fleurs amenuise les variétés de pollinisateurs ce qui accentue davantage la raréfaction des plantes. La monoculture intensive sur des centaines d’hectares, la raréfaction des fleurs des champs et des cultures de légumineuses (trèfle, luzerne…), l’entretien intensif des bords de route : ces pratiques appliquées à grande échelle convergent vers la création d’un environnement défavorable aux pollinisateurs. Enfin, un changement climatique entraînant des sécheresses et des hivers plus doux affaiblirait les abeilles : elles sortiraient trop tôt de la ruche et souffriraient du manque de pollens disponibles.

6) Des exploitations excessives ?

Les abeilles domestiques peuvent aussi parfois être victimes de formes d’apiculture productiviste. Certaines méthodes d’élevage sont intensives (« transhumance » constante, prélèvement de miel ou de pollen trop important) voire brutales (enfumage) et toxiques (traitement acaricide et antibiotique). Il résulte de ces pratiques – jugées très minoritaires par certains experts du domaine de l’apiculture – des reines épuisées au bout d’un an, au lieu de deux ou trois, et des ruches affaiblies.

7) La pollution électromagnétique ?

Cette piste est elle aussi controversée. Pour certains scientifiques, d’autres facteurs sont plus menaçants. Pour d’autres, des études approfondies sont nécessaires. Les doutes reposent sur différents travaux mettant en évidence la sensibilité des abeilles aux champs électromagnétiques. Certaines portent sur le système de magnéto réception d’Apis mellifera et montrent que des champs magnétiques externes peuvent provoquer l’expansion ou la contraction de particules de magnétite11 présentes chez les abeilles et ainsi influer d’une manière spécifique sur leur orientation, en retransmettant le signal via le cytosquelette12(une organisation moléculaire dynamique qui maintient la forme des cellules).
Des chercheurs de l’Université de Coblence ont étudié l’effet de certains champs magnétiques sur les abeilles. Ces scientifiques ont soumis un certain nombre de ruches au rayonnement de stations de téléphonie sans fil à la norme DECT. Cette étude-pilote13 montre que le poids acquis des cadres d’alvéoles de colonies irradiés est inférieur de 20 % à celui de colonies non irradiées. Par ailleurs, le nombre d’abeilles irradiées de retour en ruche est très inférieur à celui des abeilles non irradiées. Des résultats à prendre avec prudence car des études à grande échelle restent à effectuer.

Les synergies : des pistes à explorer

La plupart des études scientifiques sur les abeilles et leur surmortalité ont porté sur l’analyse de facteurs isolés les uns des autres. Pourtant, il est possible que les facteurs soient multiples et interagissent, c’est-à-dire que des synergies existent. Des pesticides peuvent par exemple favoriser une infection causée par un champignon. Un mélange de pesticides peut aussi avoir des effets bien plus puissants que ceux de ces produits considérés individuellement.
Les champignons sont parfois utilisés comme arme biologique à l’encontre de ravageurs, et leur efficacité est renforcée quand l’insecte est déjà affaibli par des doses sub-létales d’insecticides de la classe des néonicotinoïdes. Ainsi, il est courant de traiter des cultures de maïs avec un mélange de spores de champignons (hyphomycètes entomopathogènes) et d’imidaclopride.

De la même manière, des scientifiques de l’université de Penn State14 estiment que certains fongicides (substances propres à détruire les champignons parasites), en combinaison avec des insecticides neonicotinoïdes et/ou pyrethroïdes peuvent avoir des effets 100 fois plus toxiques que n’importe lequel de ces produits utilisés seuls. Pas de quoi effondrer une colonie selon eux, mais de quoi considérablement affaiblir les défenses naturelles des abeilles résidentes. Or, ces mêmes scientifiques ont parfois relevé et identifié jusqu’à 70 pesticides et métabolites (produits de la transformation de ces substances) différents dans une même ruche ainsi que des fongicides. En France, ces combinaisons sont elles aussi suspectées. Une étude intitulée « Enquête prospective multifactorielle : influence des agents microbiens et parasitaires, et des résidus de pesticides sur le devenir de colonies d’abeilles domestiques en conditions naturelles » a été réalisée par l’Afssa. Si aucun effondrement n’a été constaté lors de cette enquête au long cours, les auteurs mettent en évidence divers maux affectant les colonies :

« [...] la présence de maladies ou d’agents pathogènes expliquant pour partie les mortalités constatées, des anomalies (qualifiées de problème de reine) pouvant expliquer les autres mortalités de colonies (l’origine de ces anomalies peut être attachée à des maladies propres à la reine (nosémose), à l’exposition à des résidus de pesticides à travers les matrices apicoles, à la toxicité des traitements vétérinaires), la présence dans l’ensemble des matrices apicoles de résidus de pesticides à des doses très faibles. Les résidus les plus importants, en fréquence de présence, étaient l’imidaclopride (apport exogène) et le coumaphos (apport endogène dû au traitement de la varroase). [...]), les synergies possibles entre les divers résidus de pesticides d’une part, entre les résidus de pesticides et les agents pathogènes d’autre part, l’absence de traitement de la varroase ou l’utilisation de produits de traitement insuffisamment efficaces dans certains cas.15 »

Conséquences – des insectes pollinisateurs indispensables

La plupart des études portent sur l’abeille dite domestique, c’est-à-dire Apis mellifera (Europe, Afrique, Amérique, Australie) et Apis cerena (Asie méridionale et orientale). Si ces deux espèces assurent à elles seules la pollinisation d’une majorité des espèces végétales européennes, les autres butineurs sauvages semblent eux aussi souffrir d’un environnement dégradé.
Une récente étude anglo-hollandaise16 montre le déclin parallèle des populations de pollinisateurs et des plantes à pollen au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, sans préciser si ce sont les plantes ou les insectes qui disparaissent en premier. Les cultures maraîchères et fruitières dépendent largement des pollinisateurs et déjà, les Etats-Unis ont importé massivement des abeilles d’Australie pour assurer la fertilisation de leurs vergers. Importation qui pose de nouveaux problèmes de dissémination bactériologique. En Chine, dans la province du Sichuan, des producteurs en sont réduits à fertiliser les fleurs de poiriers à la main, les pollinisateurs et les plantes à pollens de la région ayant été détruits par une utilisation incontrôlée de produits chimiques.17

Agir sur plusieurs fronts

Jachère fleurie

Jachère fleurie

A l’échelle mondiale, la pollinisation des cultures est estimée à 153 milliards d’euros. L’enjeu est aussi économique qu’écologique, les pollinisateurs étant certes indispensables à nos productions mais aussi à la nature toute entière.
Les chercheurs s’attaquent aux différents facteurs d’affaiblissement des abeilles. Ainsi, certaines colonies d’abeilles insensibles aux attaques de Varroas font l’objet d’études génétiques avancées18. Par ailleurs, la prise en compte des effets sub létaux des pesticides et la mise au point de nouveaux tests ouvrent des perspectives de recherche inédites.
Au niveau européen, un programme ambitieux de sauvegarde des pollinisateurs a été lancé. Dénommé ALARM (Assessing, LARge scale environmental risks for biodiversity with tested Methods)19 , il a pour objectif d’évaluer scientifiquement les risques encourus par la biodiversité terrestre et aquatique et les conséquences potentielles de son déclin en Europe. Ce programme est articulé autour de quatre modules consacrés aux changements climatiques, aux produits chimiques, aux espèces invasives et aux pollinisateurs. Les équipes de l’Institut national de recherche agronomique d’Avignon sont partenaires du module Pollinisateurs. Par ailleurs, la réduction de l’utilisation des pesticides est un objectif important énoncé par le Président de la République lors de son discours de clôture du Grenelle de l’Environnement, le 25 octobre 200720 :

« [...]Il est grand temps de prendre au sérieux l’usage croissant de produits pesticides, dont nos agriculteurs sont les premières victimes. Je demande à Michel Barnier de me proposer avant un an, un plan pour réduire de 50% l’usage des pesticides, dont la dangerosité est connue, si possible dans les dix ans qui viennent. »

Enfin, le caractère multifactoriel de la mortalité des abeilles rend nécessaire de structurer la filière apicole autour d’une interprofession et d’un centre technique. Le député de Haute-Savoie Martial Saddier, au terme d’une mission de 6 mois confiée par le premier ministre, a présenté son rapport « Pour une filière apicole durable »21. Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la pêche, vient de nommer un « Monsieur Abeille », Jean-Pierre Comparot, chargé de la coordination de l’administration sur ce sujet transversal.

Notes :

Nous n’avons pas reproduit les références et la bibliographie qui sont disponibles sur le site d’origine

Crédits photos:
Sous licence creative common, et GNU
Jon Sullivan, Waugsberg, Luc Viatour, Severnjc,Bienen , hamadryades

Texte sous licence Creative Commonscreative common

En savoir plus :

About these ads

19 Réponses

  1. Article très intéressant, bravo.
    Ce fut très agréable à lire .

  2. Effectivement , article très intéressant.

    Existe t-il un lien direct pour faire connaître cet article à mes amis.

    Merci de votre réponse, si possible.

  3. Excellent article, très complet!

    Très agréable à lire aussi! Très instructif….

  4. Oui , c’est intéressant de connaitre et de savoir des explications sur la disparition des abeilles . C’est très bien en tout !

  5. C’est principalement la lumière blanche omnidirectionelle, conséquence de l’excès de trafic aérien qui est responsable de ce syndrôme d’effondrement des ruches depuis 2000. Les abeilles sont éblouies et meurent épuisées…

    http://www.eauseccours.com/

  6. BONJOUR !
    ce texte fut très interressant et d’une aide considérable pour notre TPE sur les ABEILLES !!!!!!!!!!

  7. Enchanté je vous laisse un second message pour vous re-remercier.
    Vous m’avez réellement enthousiasmé par ce texte.
    I love you <3

  8. Enchanté je vous laisse un second message pour vous re-remercier.
    Vous m’avez réellement enthousiasmé par ce texte.
    I love you <3 PLV & PQT'

  9. auriez vous d’autres causes de cette disparition svp ?? merci d’avance

  10. c’est pour notre TPE

  11. bonjour,
    article très interessant où pourrais-je trouver des articles sur la disparition des abeillesau Québec?
    merci d’avance

  12. Bonjour,
    je suis étudiante et je fais un exposé sur la disparition des abeilles.
    j’aimerai savoir si vous aviez une idée des espèces animales qui pourraient être touchées ou disparaitre si l’abeille venait à disparaitre?
    merci de votre réponse

  13. Deux ans plus tard, on peut se demander si cela a évolué. nos abeilles sont toujours en danger.

  14. merci j’ais réellement apréciée malgrer mon jeune age

  15. [...] Article : “La disparition des abeilles : enquête” Date : 16 mai 2008, mis à jour le 23 Décembre 2008 Source : Science.gouv.fr – Ministère de l’Enseignement et de la Recherche (France). – Texte intégral Un phénomène déjà connu Le point sur la disparition des abeilles « SOS Biodiversité [...]

  16. J’ai personnelement un éxposé a faire sur les abeilles que je ne connaisait pas trop, masi ce texte m’a beaucoup aidé et je comprend que malgré leur dard les abeilles sont très importantes dans la vie pour tout le monde !

  17. Pour moi aussi, cet article a été une réelle aide pour mon exposé, merci beaucoup!

  18. Un premier article sur les abeilles m’avait interpellé sur greenetvert (http://www.greenetvert.fr/2012/05/02/le-syndrome-de-la-disparition-des-abeilles-est-mondial/) et de fil en aiguille je suis tombé sur votre site…
    Cet article est superbement intéressant, bravo !

  19. L’article est vraiment très complet, merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: