« L’eau est polluée, buvez du vin.. » – Tout faux !


Quarante flacons de vin rouge en provenance de France, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, d’Afrique du Sud, d’Australie et du Chili, ont été analysés par le réseau ONG Pesticide Action Network Europe et l’association MDRGF. Des teneurs en pesticides jusqu’à 5 800 fois plus élevées que dans l’eau potable !

Tous, y compris des AOC français, contenaient des pesticides, avec en moyenne plus de 4 substances différentes par bouteille, et parfois jusqu’à dix ! Toutes, sauf les 6 issues de l’agriculture « biologique ». Une seule d’entre elles, du vin de Bourgogne, recelait de faibles traces d’un seul produit. Une contamination a priori due aux pulvérisations effectuées sur les parcelles voisines « conventionnelles ».


« L’étude réalisée par PAN et le MDRGF montre que l’utilisation très intensive de pesticides en viticulture – 20% des pesticides utilisés sur 3% de la surface agricole – a comme conséquence la présence systématique de nombreux résidus dans les vins. Il est grand temps, conformément aux décisions du Grenelle, que la viticulture réduise sa consommation de pesticides pour réduire l’exposition des consommateurs en privilégiant les techniques alternatives aux pesticides » déclare F. Veillerette, Président du MDRGF.

A mettre en relation avec l’augmentation rapide des maladies frappant les viticulteurs et leurs proches ?


Parmi les vins français analysés contenant des pesticides, on trouve un Bourgogne Santenay Premier cru (9 substances différentes), un Bordeaux Pomerol, Bourgogne Auxey Duresses, un Bordeaux Pessac-Léognan cru classé, Bourgogne Mercurey Premier cru, un Pessac-Léognan cru classé, un Bordeaux Lalande de Pomerol, un Bordeaux Pessac-Léognan, Bordeaux Saint-Estèphe cru classé et un Bordeaux Pomerol.

Il n’existe pas de limite maximale autorisée pour les pesticides dans le vin. À défaut, on se réfère à celles relatives au seul raisin qui sont – selon l’ONG – très élevées, compte tenu du nombre de traitements subis par la vigne. C’est pourquoi, si l’on compare aux concentrations maximales admises dans l’eau du robinet, on retrouve dans certaines bouteilles des teneurs 5 800 fois supérieures. Faudra t-il revenir à l’eau ferrugineuse chère à Bourvil ? Ou n’achetez et boire que des vins bios, et encore des vrais pas simplment des vins « issus de raisins cultivés en agriculture biologique ». Nous y reviendrons…

Plus d’informations

Vous voulez savoir comment faire autrement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :