L’enseignement agricole se met au vert !


Les établissements d’enseignement agricole devront désormais inclure l’agriculture biologique dans tous leurs référentiels de formation.. C’est une des mesures du plan d’action « Agriculture biologique : horizon 2012 » qui vise à développer l’agriculture biologique, pour combler le retard français. En effet, l’agriculture nationale ne peut répondre à la demande des consommateurs qui croit de 9,5 % par an depuis 1999.

Le 8 Octobre 2008, lors des « Assises nationales de la Bio », Michel Barnier, ministre français de l’Agriculture , a confirmé que renforcer et développer l’agriculture biologique sont pour lui une priorité, et aussi un axe important de la politique gouvernementale en faveur de l’environnement. Outre des mesures d’incitation à la conversion d’agriculteurs « chimiques » vers l’agriculture bio et au développement de l’alimentation « bio » dans la restauration collective, le plan « Agriculture biologique : horizon 2012 » comprend les actions en direction de enseignement et la formation des futurs agriculteurs. L’idée est de profiter du renouvellement des générations pour refonder une agriculture durable et développer l’agriculture biologique.

« Les élèves de ces établissements seront nos agriculteurs de demain, mais aussi nos professionnels de l’agroalimentaire. Plus largement encore ce seront des consommateurs, des citoyens, et des acteurs participant au développement d’une agriculture et d’une société respectueuse de l’environnement » a précisé Michel Barnier.

Le Ministre a demandé la prise en compte du mode de production agriculture biologique dans l’ensemble des diplômes dispensé par l’enseignement agricole. Ainsi 100% de ces élèves, à terme, auront une formation à l’agriculture biologique au cours de leur cursus. Cette formation sera adaptée au métier auquel l’élève se destine.

Note de service DGER/SDPOFE/N2008-2081 du 27/06/2008
« A compter de septembre 2008, l’approche du mode de production « Agriculture Biologique » sera
confortée dans tous les référentiels de formation en cours de rénovation ou existants avec un
objectif de généralisation pour 2012. Il sera obligatoirement abordé dans toutes les formations de
l’Enseignement Agricole et pourra donner lieu à une orientation « AB » pour les formations et les
secteurs tels que définis dans la présente note de service en liaison avec le réseau
« FORMABIO ». » Texte complet à télécharger ici

Des lycées agricoles vert pâle

Le Ministre a fait le point sur l’implication de l’enseignement agricole pour le développement de l’agriculture biologique. A la rentrée scolaire 2008, nos établissements agricoles de formation initiale et continue ont accueilli environ 173 000 élèves et 30 000 apprentis.

  • Au moins 200 élèves apprentis sont inscrits au nouveau brevet professionnel « responsable d’exploitation agricole » spécialisé agriculture biologique.
  • 60 stagiaires répartis sur les 6 établissements techniques proposant la nouvelle licence professionnelle agriculture biologique recevront plus de 600 heures de formation et réaliseront plus de 600 heures de stage entièrement consacrés à l’AB.
  • Près de 30% des exploitations des enseignements agricoles en France ont au moins une partie de leur surface cultivée en bio, et 12 d’entre elles sont 100% bio

Si nous comptons bien, 260 élèves formés en AB sur 200 000, cela fait environ un sur 1000. Idem pour les fermes d’enseignement,

la France comptant près de mille lycées et centres de formation. On va dire que c’est un début encourageant…En effet, pensez que les collèges et lycées agricoles ont été dans les années 60/90 le fer le lance de l’agriculture productiviste, qu’ils ont été dès le départ noyautés par les industriels chimiques et phytosanitaires (1), et qu’y enseignent des centaines de professeurs qui non seulement ne sont pas formés à l’agriculture biologique,

mais en plus y sont hostiles.

La pyramide des ages des enseignants joue en faveur de l’AB

Le Ministre n’a rien dit sur les mesures de formation des enseignants et du personnel. La note de service de la DGER en parle : 5 lignes en fin de document : « Des formations des équipes pédagogiques seront proposées dans le cadre des programmes de formation continue des personnels développés au plan national, régional et local par les établissements nationaux d’appuis et le réseau des Délégués Régionaux à la formation continue à partir d’octobre 2008. » Ce n’est donc pas gagné.

Mais avec le plan « Agriculture biologique : horizon 2012 » Michel Barnier lance le mouvement et donne une nouvelle direction à l’enseignement agricole. Nonobstant, le développement de l’enseignement de l’agriculture biologique n’est-il pas lié …à la pyramide des ages des enseignants agricoles. En effet, selon le ministère, « la pyramide des ages fait apparaître de nombreux départs à la retraite » depuis 2003 « par exemple, dans l’enseignement public, près de 600 départs à la retraite en 2003, environ 700 en 2007 (environ 220 en 2003 et 262 en 2007 pour les personnels enseignants et les CPE).

 » Le ministère souligne le risque « Outre les aspects quantitatifs, ces départs massifs font courir un risque de perte de « mémoire » de l’enseignement agricole » . Pour une fois, cet effet connu du papy-boom pourrait s’avèrer positif si cela permet au ‘logiciel agronomique » d’être réinitialisé ?

Voir aussi :

(1) j’y reviendrai, je l’ai vécu personnellement dans les années 70

2 Réponses

  1. […] agricole se met au vert ! Publié le novembre 11, 2008 par pascalbourgois2 SOSbiodiversité, Publié le 25 octobre 2008 par […]

  2. Pourquoi le gouvernement a t-il lancé un plan Phyto2018 (- 50 % d’épandage de pesticides, pourquoi un plan AgroBio 2012 (10 fois plus de surfaces en bio) ? Pour préserver les agriculteurs, les paysages et la santé publique. Les campagnes sont un désert rural, les paysages dégradés, les agriculteurs les premiers touchés par les maladies professionnelles. Oui faire du bio requiert plus de main d’oeuvre, moins de pétrole et de soja importé, plus de technicité…mais les bénéfices environnementaux et sanitaires les compensent. Le modèle agrochimique est pervers et dépassé, revenons aux fondamentaux de l’agronomie : humus, rotation des cultures, engrais verts, léguineuses, équilibres naturels, espèces adaptés au terroir, protection des sols… Avec le retour des abeilles dans les champs, plus de fruits, de légumes..moins chers !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :