Des patates OGM … c’est pour l’industrie, pas pour l’alimentation proteste BASF


Le géant allemand de la chimie BASF a annoncé mercredi 9/12 qu’il ne pourra pas commercialiser en 2009 sa pomme de terre OGM EH92-5271, qu’il a baptisée Amflora, faute d’autorisation européenne.

Une bonne nouvelle mais rien n’est gagné pour 2010

Témoin des bagarres en cours à Bruxelles entre les lobbies pro-OGM et les politiques, la Commission européenne a accordé un nouveau délai à l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour rendre un avis sur un marqueur génétique, ARMG, contenu dans le féculent non plus d’ici au 15 décembre mais d’ici fin mars, explique BASF dans un communiqué. « Ce retard signifie que la mise en culture commerciale de l’Amflora ne sera pas possible en 2009 », a dénoncé Stefan Marcinowski, membre du directoire de BASF, cité dans le texte. Il « ne peut être expliqué que par des motivations politiques de la part des commissaires européens », a-t-il ajouté. Nous l’espérons ,en effet, cela s’appelle la démocratie.

Après douze ans de procédures au total pour commercialiser son produit génétiquement modifié, la décision prise en mai dernier par Bruxelles de redemander l’avis de l’EFSA avait provoqué la colère de BASF. Le groupe allemand a même déposé en juillet une plainte devant la Cour européenne de justice. L’Amflora est une pomme de terre conçue pour être renforcée en amylopectine, un composant de l’amidon utilisé par l’industrie pour fabriquer des textiles, du béton ou du papier. Elle aurait dû être le premier brevet OGM de BASF, pour un gain estimé de 100 à 200 millions d’euros par an pour l’ensemble de la filière. BASF a multiplié les projets OGM ces dernières années, notamment à travers un partenariat avec l’américain Monsanto. Bin voyons !

La patate industrielle EH92-5271

BASF est une société chimique allemande, filiale de l’ancien consortium IG Farben, tout comme Agfa, Bayer et Hoechst. Une pomme de terre, c’est 75% d’eau, 5% de cellules et 20% d’amylopectine et d’amylose. Le rapport entre les deux composantes est en général de 75-25. L’extraction de l’amylose indésirable dans la chaîne de production de l’amidon, coûte cher aux industriels. Dans l’Amflora, elle ne se retrouve plus que dans la peau car l’Amflora est une variété de pomme de terre « toute en amidon », autrement dit, composée à 98% d’amylopectine. Pour obtenir ce résultat, les chercheurs de BASF ont bloqué le développement de l’amylose, l’autre substance contenue dans la pomme de terre et qui possède ses qualités propres. Les premiers essais de la variété de pomme de terre EH92-5271, mise au point par BASF, ont débuté dans les années 1990 en Suède, jusqu’en 2001.

Faut pas gâcher

Cela peut avoir du sens que la chimie utilise des matières premières biodégradables issues de l’agriculture. Mais des patates GM produites par une boite comme BASF, cela mérite d’y regarder de près avant de les laisser filer de l’avant. Et il y a un hic : le marqueur génétique ARMG de la EH92-5271 contient des gènes de résistance à deux antibiotiques : la néomycine et la kanamycine, utilisés en thérapie humaine contre les infections aigües. Le risque d’accroitre la résistance aux antibiotiques par l’alimentation du bétail n’est pas exclue. Les pharmaciens comme l’OMS voient d’un mauvais œil ces techniques, d’ailleurs dépassées, qui peuvent ruiner des années de recherche.BASF aurait pu aisément extraire l’ARMG avant de passer à la production, mais l’entreprise ne l’a pas fait pour gagner du temps et de l’argent. “L’utilisation de cette technologie génétique obsolète est irresponsable. Aucune personne sensée ne peut prendre le risque d’augmenter la résistance aux antibiotiques des humains et des animaux et de mettre ainsi en péril les traitements de très nombreuses maladies,” affirme Natacha Adam de la campagne agriculture durable de Greenpeace.

Dans votre steak et votre yaourt ?

L’expérience aidant, en cas de mise sur le marché,  je suis quasi certain qu’on avant qu’on retrouvera cet amidon OGM dans l’alimentation animale ou dans les crèmes desserts, marqueur génétique ou pas.  Souvenez vous, les plus grandes marques agro-alimentaires ont écoulé de l’huile frelatée d’Ukraine, du lait ou du soja à la mélamine dans leurs produits… D’autre part BASF ne cache pas qu’elle veut filer les pulpes de pommes de terre aux animaux (vaches laitières) elle en fait même une preuve de son innocuité ! Imaginez votre steak demain : viande d’animal nourri aux pulpes de patates BASF, au mais Syngenta et au tourteau de soja Monsanto.  Et la salade, quel boite chimique va la breveter ?

En savoir plus ?

  1. L’article très clair de RFI en 2007
  2. Communiqué de Greenpeace
  3. Communiqué de BASF
  4. le thème OGM sur le blog
Publicités

Une Réponse

  1. BRUXELLES (AFP) le 10 juin 2009 — Des scientifiques consultés par l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) ont émis pour la première fois des réserves sur l’inocuité de l’Amflora, la pomme de terre génétiquement modifiée conçue par le groupe allemand BASF, a annoncé jeudi l’agence.

    http://blog.greenpeace.fr/news/des-scientifiques-de-l%E2%80%99efsa-reconnaissent-les-risques-des-ogm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :