« Objectif terres 2020 » : le déclin du modèle agricole productiviste officialisé


Nous l’avions rêvé, Michel Barnier l’a fait ! Cette fois-ci, plus de doute, l’agricul­ture française change de cap. Le plan « Objectif Terres 2020 » veut promouvoir un « nouveau modèle agricole français » fondé sur le développement durable avec pour objectif de « produire plus et produire mieux ». Ce plan est une mise en forme des nouvelles priorités agricoles françaises, il s’accompagne d’un redéploiement d’une partie des aides de la PAC, qui  devrait bénéficier entre autres aux élevages herbagers, à l’agriculture biologique, aux protéines végétales, à l’agriculture de montagne, à l’apiculture.…bref à la biodiversité  en milieu rural.

Michel Barnier avait déjà lancé en 2008  les plans d’action « EcoPhyto2018 », « AgroBio 2012«  visant à réorienter l’agriculture française vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement et de la santé publique, et  à la mettre en phase avec les attentes des consommateurs . Présenté à Daumeray (Maine-et-Loire), par Michel Barnier et Nicolas Sarkozy à la veille du Salon international de l’agriculture,  le plan  « Objectif Terres 2020 » comporte 60 mesures « qui doivent permettre à l’agriculture de s’adapter aux nouveaux défis de l’environnement.» Il est construit à partir des réflexions menées dans le Grenelle de l’environnement, des assises de la forêt et de celles de l’agriculture et autour de démarches innovantes, écologiquement durables et productives.


Le plan « Objectif terres 2020 »  entend relever cinq défis « majeurs » :

  1. Mieux utiliser une eau qui se raréfie ;
  2. Contribuer à la restauration du bon état écologique des eaux ;
  3. Contribuer à la richesse de la biodiversité et des paysages
  4. Protéger les sols agricoles ;
  5. Mieux maîtriser l’énergie et lutter contre le réchauffement climatique.

60 mesures réparties sur 5 axes :

  1. Réduire l’usage et l’impact des produits phytosanitaires ;
  2. Engager chaque entreprise agricole dans le développement durable ;
  3. Développer les potentialités de l’agriculture biologique ;
  4. Remettre l’agronomie au centre de l’agriculture ;
  5. Repenser des pratiques adaptées aux territoires.

avec des actions en faveur de la préservation de la biodiversité !

  • Développer la recherche et le conseil sur les liens entre agriculture et biodiversité
  • Mettre en place des indicateurs de suivi de la biodiversité en milieu agricole
  • Assurer la protection des pollinisateurs
  • Mieux gérer les surfaces non productives pour préserver la biodiversité
  • Promouvoir les éléments fixes du paysage
  • Promouvoir l’agroforesterie

Des indicateurs de suivi

Le plan fera l’objet d’un suivi annuel. Pour ce faire un ensemble d’indicateurs a été sélectionné. En voici les principaux :

  • Gestion collective de l’eau
  • Bandes enherbées le long des cours d’eau
  • Couverture hivernale des sols
  • Surfaces toujours en herbe
  • Diagnostic énergétiques
  • Réduction de l’usage des phytosanitaires
  • Certification environnementale des exploitations
  • Agriculture biologique
  • Diversité agronomique
  • Gestion adaptée aux territoires et à leurs enjeux

Redéploiement des moyens de la PAC sur 4 axes :

objectif-terres-2020

Le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a aussi annoncé jeudi le déblocage d’une enveloppe de 300 millions en 2010, qui sera reconduite en 2011, pour moderniser l’agriculture en fonction de ces nouvelles priorités. Mais l’essentiel du financement de »Objectif Terres 2020″ va provenir des aides européennes (PAC) qui constituent l’essentiel des fonds affectés en France aux agriculteurs. Nicolas Sarkozy l’a confirmé : ce rééquilibrage bénéficiera aux élevages herbagers, à l’agriculture biologique, aux protéines végétales, à l’agriculture de montagne. Ces choix seront validés, a annoncé le chef de l’État, par une loi de modernisation de l’agriculture et de l’agroalimentaire d’ici la fin de l’année.

Les mesures décidées conformément aux orientations voulues par le Chef de l’Etat et sous l’autorité du Premier ministre conduisent à réorienter en 2010 près de 1,4 milliard d’euros, soit 18% des aides directes reçues par les agriculteurs sur les 4 objectifs suivants :

1) Consolider l’économie agricole et l’emploi sur l’ensemble du territoire. La réorientation des aides permet en particulier de rééquilibrer le soutien en faveur des productions structurellement fragiles, telles que l’élevage ovin et caprin, et de revaloriser l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) dont bénéficient les territoires de montagne.

2) Instaurer un nouveau mode de soutien pour l’élevage à l’herbe. Près d’1 milliard d’euros sont ainsi mobilisés pour créer, à hauteur de 700 millions d’euros, un soutien spécifique aux surfaces en herbe consacrées à l’élevage et pour préserver, à hauteur de 240 millions d’euros, la prime herbagère agroenvironnementales (PHAE).

3) Accompagner un mode de développement durable de l’agriculture. Les décisions prises conduisent à soutenir le développement de la production de protéines végétales, augmenter les moyens consacrés à l’agriculture biologique et répondre aux défis de la performance énergétique des entreprises agricoles, de la gestion de l’eau et de la biodiversité.

4) Instaurer des outils de couverture des risques climatiques et sanitaires. 140 millions d’euros sont mobilisés à ce titre. Le bilan de santé est ainsi mis à profit dès à présent pour contribuer financièrement, avec les fonds européens, à la généralisation de l’assurance récolte et à la création d’un fonds sanitaire.

Ces objectifs traduisent l’ambition d’une Politique Agricole Commune plus juste, plus durable, plus préventive et en fin de compte plus équilibrée. Les décisions arrêtées prennent en compte la réalité d’un contexte agricole difficile. Elles seront mises en oeuvre de façon pragmatique et efficace pour une première application en décembre 2010.

Vous trouvrez toutes les infos sur le site du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche . Vous pourrez y télécharger les brochures ci-dessous :

En savoir plus :

Voir aussi

Publicités

Une Réponse

  1. Voila enfin un plan qui a le merite d’etre clair.
    Mais je n’y vois aucun projet pour y entrer concretement. Tout le monde attend tout le monde et il ne se passe rien.
    Retire de la vie professionnelle pour raison de sante apres avoir mis au point des techniques de production de viande a l’herbe et obtenu des performances qui garantissent un haut niveau de vie sans subvention j’offre mes services aux producteurs qui voudraient prendre au mot le ministre et se lancer dans le sens de sa politique.
    Je suis a l’ecoute de toute proposition honnete au Mail suivant:
    jeaneudeshasden@aol.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :