Camouflet pour Monsanto à Bruxelles


Sur 27 pays de l’UE , 22 ont refusé de forcer l’Autriche et la Hongrie à cultiver le maïs MON 810 de Monsanto, désavouant la Commission européenne. Une bonne nouvelle pour la France et la Grèce, deux pays également récalcitrants à la culture de ce maïs, et dont la position doit aussi être examinée au niveau européen ce printemps. Un désaveu cinglant pour la Commission Européenne et l’EFSA. José Baroso désavoué devra t-il partir ?

europe-sans-ogmLes autorités autrichienne et hongroise avaient récemment apporté de nouvelles preuves scientifiques qui justifient leurs moratoires nationaux et prouvent que le MON810 – le seul OGM actuellement cultivé en UE – a très vraisemblablement des effets négatifs sur l’environnement.

22 ministres de l’Environnement sur les 27 pays de  l’UE ont rejeté lundi 2 Mars la proposition de la Commission européenne qui visait à forcer les Etats membres d’accepter les cultures d’OGM sur leurs territoires. La Hongrie peut maintenir son moratoire sur le maïs transgénique MON810 de Monsanto et l’Autriche ceux sur le MON810 et le T25 de Bayer. Qui plus est, le scrutin est sans ambiguïté, alors qu’on l’annonçait plutôt serré : lors du vote à Bruxelles, seuls cinq Etats membres – le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Finlande, la Suède et l’Estonie – se sont prononcés ce lundi en faveur de la levée des interdictions hongroise et autrichienne.

Pour José Manuel Barroso, qui s’était personnellement impliqué dans le dossier, le vote sonne comme un désaveu personnel, alors même qu’il est candidat à un nouveau mandat à la tête de la Commission européenne. « La Commission européenne et son président, M. Barosso, seront-t-ils un jour capables de comprendre le refus des Etats membres de cultiver ces semences mal évaluées ? Ces innombrables et répétées tentatives de passage en force sont inacceptables ! » s’indigne Rachel Dujardin, porte-parole de GreenPeace France

Premières réactions

  • L’ensemble de la classe politique autrichienne, les sociaux-démocrates, membres du gouvernement de grande coalition gauche-droite, tout comme l’opposition d’extrême droite et écologiste, a salué la décision européenne. « C’est une victoire historique. Pour moi c’est comme si l’Autriche était devenue championne d’Europe de football », s’est exclamé le ministre conservateur de l’Environnement Nikolaus Berlakovich.
  • « Je ne vois pas pourquoi nous devrions favoriser les intérêts d’une seule compagnie américaine alors que les citoyens de l’UE sont majoritairement contre« , avait estimé le ministre allemand de l’Environnement, Sigmar Gabriel, avant le vote.
  • « Le problème n’est pas celui des OGM mais celui d’un mode d’autorisation qui n’est plus adapté à la gravité du sujet et à la perception qu’en ont les peuples concernés », a indiqué M. Borloo joint par téléphone à Bruxelles. « Les peuples ont besoin d’une expertise indépendante, plurielle, c’est tout ce qu’on demande: je ne mène pas une guerre », a souligné M. Borloo.
  • « C’est une victoire pour l’environnement, les agriculteurs et les consommateurs, déclare Rachel Dujardin, chargée de campagne OGM chez Greenpeace France. Les ministres doivent maintenant infliger le même désaveu à la commission lors d’un prochain vote sur les moratoires français et grec qui devrait avoir lieu à la fin du mois de mars
  • Greenpeace appelle à une réforme profonde des processus des méthodes d’évaluation des OGM et de l’ensemble de la législation concernant mise en culture, l’étiquetage ou la contamination des semences. Les citoyens européens ne doivent pas servir de cobayes aux industries semenciéres et biotechnologiques.

    Notes d’information :

    En savoir plus :

    Publicités

    Une Réponse

    1. 14 avril 09 L’Allemagne va interdire la culture du maïs génétiquement modifié, une interdiction portant sur le maïs MON 810, mis au point et développé par la firme américaine Monsanto, qui ne pourra plus être semé avant la récolte prévue cet été. (Reuters)
      L’interdiction porte sur le maïs MON 810, mis au point et développé par la firme américaine Monsanto, qui ne pourra plus être semé avant la récolte prévue cet été.
      « Je suis parvenue à la conclusion qu’il existe une raison justifiée pour penser que le maïs génétiquement modifié du type MON 810 présente un danger pour l’environnement », a déclaré Aigner.
      La Commission européenne a fait savoir qu’elle examinerait la décision allemande.

      « La Commission analysera l’interdiction de l’Allemagne avec le soutien d’une information scientifique adéquate et la Commission décidera sur la marche à suivre la plus appropriée à cette situation », a dit la porte-parole Nathalie Charbonneau, lors d’un point de presse.

      La CE a déjà tenté sans succès d’obtenir de la France, de l’Autriche et de la Hongrie qu’elles abrogent leurs propres interdictions.La ministre a expliqué que cette interdiction était fondée sur des données scientifiques et qu’elle n’avait rien à voir avec une décision politique.

      Son ministère va maintenant travailler à l’élaboration d’un rapport sur la politique de l’Allemagne concernant les OGM.
      Le maïs MON 810 est le seul dont la culture est autorisée au sein de l’Union européenne bien que cinq pays, dont la France, ont décidé d’en interdire l’exploitation.

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :