Suivez les labels écologiques pour protéger l’environnement


Comment favoriser par notre consommation les modes de production durables et éthiques . Comment préserver la biodiversité  et ménager notre santé ? Le consomm’acteur a l’oeil sur les étiquettes et les labels, mais comment distinguer les certifications privées des officielles, choisir les vrais labels écolo et ignorer les labels « marketing » ?

nf-enviro ue_label_fleur logo_label_rouge

Recyclage, Alimentation, Bois et papier, Maison et construction, Economie d’énergie, Finances ,Textile, Tourisme , Commerce équitable ou encore Cosmétiques, les labels ou sigles fleurissent sur les produits de consommation. Ils sont censés garantir la qualité environnementale du produit ou son absence de composants dangereux. Une chose est certaine : tous ne sont pas « bio » ou « écolos ».  Car, en plus des labels officiels, les marques créent leurs propres références, ce qui ajoute à la confusion  générale !
Le terme de « label » est généralement utilisé pour désigner un signe distinctif et qualitatif que l’on attribue à un produit ou un service satisfaisant à une liste de critères provenant d’un cahier des charges. Cette liste de critères constitue aussi ce que l’on appelle un référentiel. Qu’il s’agisse de consommation d’énergie, de produits bio,  d’énergies renouvelables, les labels sont développés pour distinguer les produits respectant des normes de production ou pour distinguer les qualités particulières d’un produit ou d’un service. L’organisme ou la société qui vérifie et contrôle que les critères sont respectés conformément au cahier des charges, lors d’un audit, s’appelle le certificateur, comme l’AFNOR, Ecocert, Demeter ou encore Qualité France.

Les labels privés sont parfois plus exigeants que les labels officiels

Idéalement, les règles de déontologie professionnelle (éthique) recommande que le certificateur soit indépendant de l’entité qui a définit le cahier des charges. Cette pratique est loin d’être généralisée, mais nous considérons que le plus important, vis à vis du consommateur, est de porter l’attention sur la qualité du référentiel, qui est parfois beaucoup plus exigeant pour des labels privés que « publics » ou « officiels ». Par exemple, les labels d’agriculture biologique « Nature & Progrès » ou « Demeter » ont des cahiers des charges plus exigeants que le label officiel français « AB » ou le label européen « Agriculture Biologique ». Et l’allégement en 2009 du cahier des charges de ce dernier, en particulier par une tolérance aux OGM de 0,9%, a suscité en retour un projet français de label « AB+ » excluant  strictement les OGM. Dans les cosmétiques, les différentes normes existantes ont montré une certain laxisme par rapport à une exigence de non-emploi de produits issus de la chimie de synthèse ou de l’agriculture internsive. Les pionniers de la cosmétiques naturelle et bilogique que sont les entreprises Welleda, Dr Haupska ou Primavera  ont donc lancé un nouveau label, NaTrue, pour mieux garantir au consommateur le niveau de plus élevé d’exigence.

Parmis les labels écologiques, ceux qui favorisent la biodiversité :

Agriculture biologique :

marque_ab_100natureetprogres1 demeter1fr_of_4c-ab-europeen

Développement durable et recyclage :

pefc_fr_pant_posifsc_logo natrueuhreMSC - Pêche durable

En savoir plus :

Voir aussi :

Publicités

2 Réponses

  1. http://www.ecolo-bois.org
    Les Amis de la Terre viennent de créer un nouveau site http://www.ecolo-bois.org pour sensibiliser à l’achat responsable de bois.

    Alors que chaque année, 13 millions d’hectares de forêts disparaissent dans le monde, le site ecolo-bois.org nous explique où acheter des produits en bois responsables.
    Comme l’explique l’association « les magasins français continuent de regorger de salon de jardin, parquet ou menuiserie issus du pillage des dernières forets tropicales ou boreales. Teck, acajou, moabi… la France est le principal importateur de bois tropical en Europe. »

    Pour vous guider au mieux, vous découvrirez sur le site un code couleur indiquant la qualité de la politique selon dix axes, parmi lesquels, l’offre en bois local, la lutte contre le commerce de bois illégal, la certification FSC des bois tropicaux ou encore l’absence de produits toxiques de traitement, etc.

  2. Pour info, on trouve les définitions des labels sur ce site : http://www.energies-renouvelable.fr/categories/Label

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :