A votre santé ! La grippe A, un virus incubé dans les élevages industriels…


Elle vous semble pas un peu bizarre, cette grippe là ? Une de trop, peut-être , après l’aviaire ? Les médias ont affolé les foules, les laboratoires pharma ont engrangé de juteuses commandes …Mais personne ne répond aux questions essentielles « Pourquoi au Mexique ? ». ‘Pourquoi cette recombinaison de virus Humain x Porcin x aviaire ? Le soufflé retombant, il y a peu de chances que vous accédiez aux informations qui se répandent sur l’origine industrielle de la pandémie…et de celles qui la suivront .  Revue de presse : Basta, Cap21, Le monde.

« La grippe A, c’est la grippe de l’agro-industrie ! »

Une "usine à oeufs"

Article de Basta du 7 Mai.
Attac et la Confédération Paysanne proposent une analyse commune de la crise sanitaire – et très médiatique – provoquée par la grippe H1N1. L’association altermondialiste et le syndicat paysan mettent en cause le modèle agro-industriel et le libre-échange. Grâce à la Zone de libre-échange des Amériques, « les multinationales agroalimentaires des États-Unis ont pu investir et s’implanter massivement au Mexique pour échapper aux réglementations contraignantes imposées dans leur pays. » Et ne pas respecter un minimum de règles sanitaires et environnementales. La bataille qui s’engage sur le nom de la grippe A-H1N1 permet d’occulter, dans le déferlement médiatique, les réelles causes de l’apparition et de la propagation de ce virus. Pourtant, de plus en plus d’ONG, de chercheurs, de journalistes nord-américains et de témoignages des populations mexicaines mettent en cause le modèle agro-industriel, piloté par les multinationales et engendré par la mondialisation néolibérale.

>> La suite en ligne

« Vraies et fausses questions sur la grippe mexicaine »

Billet de Corinne Lepage du 4 Mai

poulets-en-batterie_1333_w560

Goulag pour poulets

« Parce que les élevages fortement concentrés ont tendance à rassembler d’importants groupes d’animaux sur une surface réduite, ils facilitent la transmission et le mélange des virus», expliquaient des scientifiques de l’agence nationale des instituts de santé publique américaine (NIH).Trois ans plus tôt, Science Magazine  avait souligné le risque des élevages industriels et des vaccins comme accélérateurs du rythme d’évolution de la grippe porcine. Mais il n’existe toujours aucun contrôle , pas  système national officiel de surveillance pour déterminer quels sont les virus les plus répandus dans la population porcine américaine.  Dans l’affaire de la grippe mexicaine, tout semble avoir commencé avec une étrange maladie respiratoire qui  a sévèrement affecté  la communauté villageoise de La Gloria dans l’Etat de Veracruz ces derniers mois, à la suite de la pollution provoquée par la grande ferme porcine récemment installée  par Granja Carroll, une filiale de la société américaine Smithfield Foods, le plus grand producteur de porc mondial.

La suite en ligne

« Mille milliards de tonnes »

Hervé Kempf in LE MONDE du  02.05.09
deadpigs(..) Autres questions. Ces pandémies ne sont-elles pas liées à l’érosion dramatique de la biodiversité ? A la réduction constante du nombre de races domestiques, dont une disparaît chaque mois, selon le rapport de la FAO de 2007 sur les ressources zootechniques ? Au développement de l’agriculture industrielle ? Au recul constant des habitats naturels ? A l’uniformisation des écosystèmes, qui favorise la diffusion d’organismes ne trouvant plus d’adversaires ? Les réponses manquent. Notamment parce que la communauté des spécialistes de ce domaine n’est pas structurée aussi fortement que celle des climatologues. Elle est muette alors qu’une manifestation possible de la crise de la biodiversité sonne comme un nouveau coup de gong.(..)

>> La suite

« Grippe mexicaine : et si l’industrie était coupable ? »

porcsreub300

Les regards accusateurs se portent de plus en plus vers les élevages industriels d'animaux, source supposée des virus et de leurs mutations à grande échelle.

Article de Vincent Degrez in Trends.be, le 29 Avril  2009
«En 1965, par exemple, les Etats-Unis totalisaient 53 millions de porcs pour plus d’un million de fermes, rappelle l’historien. Aujourd’hui, 64 millions de porcs sont entassés dans 65.000 implantations. Autrement dit, on est passé de fermes porcines traditionnelles à de vastes enfers excrémentiels, contenant des dizaines de milliers d’animaux aux systèmes immunitaires affaiblis, suffocant dans la chaleur et les déjections tout en échangeant des éléments pathogènes à toute vitesse.» Mike Davis, professeur d’histoire à l’University of California (spécialiste de la grippe aviaire), dans les colonnes du Guardian. Dans une perspective plus médicale, un rapport, publié l’an dernier par le Pew Research Center et cité par Mike Davis a souligné un danger énorme : «Le cycle éternel des virus dans les grands troupeaux pourrait augmenter les risques de nouveaux virus, apparus par mutation ou recombinaison, qui pourraient à leur tour résulter en une transmission accrue entre humain.»  Autre problème lié à cette industrialisation : l‘usage généralisé des antibiotiques. Pour diminuer les risques de maladie entraînés par la promiscuité des bêtes, les éleveurs auraient recours aux antibiotiques, à la fois pour soigner et prévenir les infections. De quoi, selon l’historien californien, «favoriser l’émergence d’infections au staphylocoque résistantes».

La suite :

Beuark ! Qu’ajouter de plus ?

Article du 7 mai de Fabrice Nicolino (Pesticides, un scandale français)
smithfield_logo(…) Tout de même quelque chose. Smithfield Foods est une transnationale. Par définition, elle se moque bien des frontières. Et elle est chez nous. Ne me dites pas que vous le saviez : Smithfield Foods est le plus grand groupe français de charcuterie, sous le nom d’Aoste (ici). Cochonou, Julien Bridou, c’est elle ! Et bien d’autres encore. Je vous espère aussi rassuré que je le suis. Et pour parachever mon impeccable œuvre d’information, voici la liste des lieux qui abritent en France des entreprises  Smithfield Foods : Landivisiau et Quimper (Finistère); Douai, Saint-André-les-Lille (Nord); Monein (Pyrénées-Atlantiques); Saint-Symphorien sur Coise, Bron (Rhône); Saint-Étienne (Loire); Yssingeaux (Haute-Loire); Vernoux, Boffres (Ardèche); Peyrolles (Bouches du Rhône); Aoste (Isère). À nous le jambon de Bayonne, le saucisson sec, les bonnes saucisses comme à la maison !

>> La suite :

En savoir plus :

2 Réponses

  1. […] A votre santé ! By raannemari Elle vous semble pas un peu bizarre, cette grippe là ? Une de trop, peut-être , après l’aviaire ? Les médias ont affolé les foules, les laboratoires pharma ont engrangé de juteuses commandes …Mais personne ne répond aux questions essentielles “Pourquoi au Mexique ?”. ‘Pourquoi cette recombinaison de virus Humain x Porcin x aviaire ? Le soufflé retombant, il y a peu de chances que vous accédiez aux informations qui se répandent sur l’origine industrielle de la pandémie…et de celles qui la suivront .  Revue de presse : Basta, Cap21, Le monde. Lire la suite : https://sosbiodiversite.wordpress.com/2009/05/07/grippe-a-porcine-elevage-industriel-smithfield/#more… […]

  2. on était petits, on regardait tuer le cochon, on leur avait porté à manger avant, on en mangeait après. Idem pour les poules…
    Comment tout celà a-t-il disparu ?
    N’est-ce pas sous le prétexte SANITAIRE, et en premier lieu l’obligation du passage par l’abattoir, bien avant le traitement des effluents, qui a rendu non rentable les petits élevages familiaux, nourris en grande part de sous-produits de la culture et de la table?
    Aujourd’hui, on peut trouver pas trop loin de chez soi des producteurs de légumes, même bio, mais cours toujours pour trouver poulets ou lapins…a-t-on seulement encore le droit de les produire pour sa famille?
    Chaque loi présentée pour un « bien » évident contient d’autres conséquences qu’on ne comprend qu’après, mais quand le mal est fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :