Le Triangle de Corail menacé par le changement climatique


Si le monde ne prend pas rapidement de mesures concrètes contre le changement climatique, des millions de personnes seront obligées de quitter la région du Triangle de corail, an Asie du sud. Mais des actions concrètes contre le changement climatique la surpêche et la pollution peuvent encore empêcher cette catastrophe. Voilà ce qui ressort d’une nouvelle étude de l’organisation mondiale de protection de l’environnement WWF, rendue publique le 13 mai lors de la Conférence sur les océans qui se tient en Indonésie.
Source : WWF
01-corail1

Victimes de pêches destructrices, du tourisme ou encore du réchauffement climatique, près d’un tiers des récifs coralliens de la planètes sont déjà morts ou endommagés. Les conséquences sont autant environnementales qu’économiques: ces écosystèmes abritent des millions d’espèces d’animaux et de végétaux et font vivre ½ milliard de personnes dans le monde.

La disparition du Triangle de Corail poussera des millions de personnes à l’exil

Source de revenus et de nourritures pour de nombreuses populations, le « Triangle de Corail » correspond à des zones marines comportant au moins 500 espèces de coraux constructeurs de récifs. Ainsi, ses ressources contribuent directement à la subsistance de plus de 100 millions de personnes habitant cette région du globe. Un rapport du WWF  indique que si nous ne luttons pas contre les changements climatiques, les récifs coralliens pourraient disparaître du “Triangle de Corail” d’ici la fin du siècle. Les conséquences seraient dramatiques : chute de 80% de la capacité de l’environnement côtier à nourrir la population ; réduction voire perte totale des moyens de subsistance d’environ 100 millions de personnes.

Intitulé “Le Triangle de Corail et le Changement Climatique: Ecosystèmes, Populations et Sociétés en dangers , ce rapport synthétise plus de 300 études scientifiques et résulte du travail de plus de 20 experts en biologie, économie et sciences halieutiques. Il présente deux scénarios possibles d’ici à la fin du siècle pour le Triangle de Corail – soit nous agissons, soit nous ne changeons rien – et étudie leurs impacts environnementaux, économiques et sociaux.

Le Triangle de Corail est le patrimoine marin le plus varié et précieux au monde. Il regroupe les côtes, fonds et mers de six pays : l’Indonésie, les Philippines, la Malaisie, la Papouasie Nouvelle Guinée, les Iles Salomon, et le Timor Oriental. Avec 1% de la surface de la Terre, il représente 30% des récifs coralliens mondiaux, 76% des espèces de coraux, plus de 35% des espèces de poissons de récifs ainsi que des fonds vitaux pour des poissons économiquement très importants comme le thon. Ce patrimoine naturel permet à plus de 100 millions d’individus de vivre.

Le « Triangle corallien » comprend les Philippines, l'Est de l'Indonésie et qui s'étend jusqu'aux îles Salomon. Six cents sortes de corail, soit les trois quarts des espèces mondiales y sont répertoriées.

Le « Triangle corallien » comprend les Philippines, l'Est de l'Indonésie et qui s'étend jusqu'aux îles Salomon. Six cents sortes de corail, soit les trois quarts des espèces mondiales y sont répertoriées.

“Dans le scénario pessimiste, notre planète continue sur sa tendance actuelle au réchauffement et nous faisons peu pour protéger les environnements côtiers des menaces qui les assaillent”, explique Ove Hoegh-Guldberg de l’Université de Queensland qui a mené cette étude. “Le trésor biologique que représente le Triangle de Corail est alors amené à disparaître au cours du siècle en raison d’une rapide augmentation de la température des océans, de l’acidité et du niveau des mers, alors que par ailleurs la résilience des milieux côtiers est affaiblie par le manque de gestion côtière durable. La pauvreté s’accroît, la sécurité alimentaire est réduite, l’économie souffre et la population côtière migre de plus en plus vers les zones urbaines. Des dizaines de millions de personnes sont forcées de quitter les zones rurales et côtières par manque d’habitations, de nourriture et de sources de revenu, imposant par conséquent une pression énorme sur les villes des alentours et les pays développés comme l’Australie ou la Nouvelle Zélande.”

Comment sauver le Triangle de corail ?

Spirobranchus giganteus

Spirobranchus giganteus

Mais le rapport montre que nous avons aussi la possibilité d’éviter ce scénario catastrophe et de sauver le Triangle de Corail, tout en préservant la croissance économique, la sécurité alimentaire et un environnement naturel. Cet autre scénario est possible si des investissements internationaux sont engagés dans des actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

«Si des actions sont mises en oeuvre, le problème du changement climatique pour le Triangle du Corail, bien que menaçant, reste gérable.», explique le professeur Hoegh-Guldberg. « Même si nous agissons contre le changement climatique, les communautés locales devront faire face à la perte de récifs coralliens, la montée du niveau de la mer, l’augmentation des tempêtes, l’aggravation des sécheresses et la réduction des ressources alimentaires issues de la pêche côtière. La différence fondamentale est qu’elles seront relativement intactes et plus résilientes face à ces fléaux. »
«Une gestion efficace des ressources côtières mise en place à travers une série d’actions comme la gestion locale des réseaux régionaux d’aires marines protégées, la protection de la mangrove et des herbiers et la gestion efficace de la pêche permet de freiner le déclin de la ressource halieutique », comme explique le rapport. »

Poisson perroquet

Poisson perroquet

“Les décideurs internationaux doivent apporter leur soutien au Triangle de Corail en protégeant les communautés les plus vulnérables de la montée du niveau de la mer et de la perte de nourriture et de leurs moyens de subsistance. Ils doivent les aider à renforcer la gestion de leurs ressources marines et aboutir à un accord solide pour la réduction des gaz à effet de serre lors de la Conférence des Nations Unies sur le Climat qui se tiendra à Copenhague en décembre prochain.”

En savoir plus :

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :