L’UNESCO désigne 22 nouvelles réserves de biosphère dans 17 pays


26 mai 2009 – L’UNESCO a désigné 22 nouvelles réserves de biosphère qui viennent s’ajouter au réseau mondial qui en compte désormais 553 dans 107 pays. La décision a été prise par le Conseil international de coordination du Programme L’Homme et la biosphère (MAB-CIC) lors de sa 21e session qui se tient du 25 au 29 mai 2009 sur l’île de Jeju (République de Corée). En France, 10 zones bénéficient de ce label.

korea01_400Les réserves de biosphère sont des sites reconnus qui innovent et font la démonstration de nouvelles approches de gestion intégrée de la biodiversité et des ressources terrestres, côtières et marines. Les réserves sont aussi des sites d’expérimentation et d’étude pour le développement durable.

Le Programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère (MAB) propose un projet interdisciplinaire basé sur la recherche et le renforcement des capacités dans le but d’améliorer les relations entre les gens et leur environnement global.  Lancé au début des années 70, ce programme a pour principale mission de réduire la perte de biodiversité par des approches écologiques, sociales et économiques. Il utilise son réseau mondial de réserves de biosphère comme un outil d’échange des connaissances, de recherche et de surveillance, d’éducation et de formation, et un défi pour les responsables politiques.

A ce jour, dix réserves de biosphère ont été classées en France : la mer d’Iroise, la forêt de Fontainebleau et le Gâtinais, les Vosges du Nord/Pfalzerwald, la commune de Fakarava (Polynésie française), les Cévennes, le mont Ventoux, le Luberon, la Camargue, la vallée du Fango (Corse) et l’ archipel de la Guadeloupe .

Les 22 nouvelles réserves de biosphère :

  • Vhembe, Afrique du Sud.
  • Bliesgau, Allemagne. Cette réserve applique le concept d’« entre-ville » pour relier deux paysages très contrastés : l’un, densément peuplé et urbanisé au nord avec la ville de St-Ingbert et l’autre, faiblement peuplé et rural au sud.
  • Swabian Alb, Allemagne. Située dans le Jura européen, cette réserve est couverte de forêts de hêtres, de pins et d’épicéas, de vastes vergers, pâturages et prairies.
  • Great Sandy, Australie. Couvrant des territoires terrestres, côtiers et marins, la réserve abrite les plus grandes forêts pluviales poussant sur le sable.
  • Fuerteventura, Espagne. Deuxième plus grande île de l’archipel des Canaries, l’île est caractérisée par une riche diversité d’espèces marines (dauphins, cachalots, tortues marines qui se reproduisent sur ses plages, etc.).
  • Altaisky, Fédération de Russie. La zone, qui a le statut de réserve depuis 1932, compte parmi les espaces du monde les moins affectés par l’intervention humaine et recèle une faune et flore très riche.
  • Nokrek, Inde. Situé dans l’Etat de Meghalaya. Peuplée d’éléphants, de tigres, de léopards et de gibbons houlocks, la zone est également réputée pour ses variétés sauvages d’agrumes qui serviront peut-être de pool génétique pour la production commerciale d’agrumes.
  • Pachmarhi, Inde. Ce site abrite des réserves de tigres et d’autres réserves de faune. Sa situation, à l’interface entre des forêts tropicales, humides et sèches, et des forêts de basses montagnes subtropicales, en fait un paradis pour les botanistes.
  • Similipal, Inde. Cet environnement tropical abonde en tigres, éléphants, panthères, cervidés et héberge de nombreuses espèces de plantes, ce qui en fait un laboratoire vivant pour les spécialistes de l’environnement.
  • Giam Siak Kecil – Bukit Batu, Indonésie. Cette zone de tourbières de Sumatra se distingue par son exploitation durable du bois et deux réserves de faune qui hébergent des tigres de Sumatra, des éléphants, des tapirs et des ours à collier.
  • Jabal Moussa, Liban. Cette zone relativement étendue (6 500 ha), sauvage et préservée, est protégée par des arrêtés municipaux visant à sauvegarder son intégrité écologique, ses systèmes naturels et ses espèces.
  • Tasik Chini, Malaisie. Situé au sud de la péninsule, le site est le bassin versant du lac Tasik Chini, sanctuaire de nombreuses espèces endémiques d’eau douce.
  • Lagunes de Montebello, Mexique. Son paysage karstique et sa cinquantaine de lagons de tailles diverses en font une région d’une incroyable beauté. Le site est d’une importance cruciale pour la collecte d’eau douce et la régulation climatique.
  • Ile Flores, archipel des Açores, Portugal. La réserve de biosphère comprend toute la partie émergée de l’île Flores et certaines zones marines adjacentes qui bénéficient de paysages magnifiques et d’atouts géologiques, environnementaux et culturels incontestables.
  • Geres / Xures est une réserve transfrontalière (Espagne et Portugal) L’importance du site d’un point de vue écologique tient à sa richesse en écosystèmes de forêts et de tourbières, ainsi qu’au grand nombre d’espèces endémiques qui se sont développées sous les influences croisées des climats océanique et méditerranéen.
  • Mont Myohyang, Corée du Nord. Cette splendide zone montagneuse s’élève à près de 2 000 mètres d’altitude. Ses rochers et falaises spectaculaires offrent un habitat à 30 espèces de plantes endémiques, 16 espèces de plantes en danger dans le monde et 12 espèces animales également menacées.
  • Shinan Dadohae, Corée du Sud. Le site est constitué de zones terrestres et marines ainsi que de grandes zones intertidales qui hébergent une extraordinaire variété d’espèces et servent de lieux de repos à des oiseaux migrateurs rares.
  • Lajat, Syrie. Ce site, célèbre pour sa richesse biologique, offre quelques-uns des paysages les plus impressionnants de la région.
  • Desnianskyi, Ukraine. Le site de 58 000 hectares recouvre toute une mosaïque d’écosystèmes : forêts, rivières, lacs, plaines d’inondation, marécages. Il est très important pour la recherche environnementale, notamment le suivi d’espèces rares, comme les ours et les lynxs.
  • Delta de l’Orénoque, Venezuela. Ce site se caractérise par la remarquable biodiversité de ses écosystèmes terrestres et aquatiques, qui hébergent plus de 2 000 espèces de plantes et une faune terrestre et aquatique très variée.
  • Mui Ca Mau, Viet Nam. Cette réserve joue un rôle important en termes de conservation de la nature car elle se trouve à la frontière de la mangrove et des forêts de niaoulis. Elle constitue en outre une zone de reproduction et de nidification d’espèces aquatiques.
  • Cu Lao Cham – Hoi An, Vietnam Un site à la fois côtier, ilien et marin de la partie centrale du Vietnam qui est célèbre pour ses espèces marines : coraux, mollusques, crustacés et algues.

Le Conseil international de coordination a également approuvé l’extension de quatre réserves déjà existantes : Mata Atlantica (Brésil), La Campana-Peñuelas (Chili), Carélie du nord (Finlande), et Dyfi (Royaume-Uni), désormais rebaptisé Biosffer Dyfi Biosphere.

En savoir plus :

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :