Rapport Stern : il reste 10 à 15 ans pour inverser la vapeur


Le rapport Stern sur l’économie du changement climatique est un compte-rendu sur l’effet du changement climatique et du réchauffement global sur la planète rédigé par l’économiste Nicholas Stern pour le gouvernement du Royaume-Uni. Ce rapport de plus de 700 pages est le premier rapport financé par un gouvernement sur le réchauffement climatique mené par un économiste et non par un météorologue

fumee usines

Réalisé par un expert mandaté par le gouvernement britannique, ce  rapport  de 2006 démontre que le monde va devoir faire face à d’énormes coûts si des décisions concrètes ne sont pas prises rapidement pour lutter contre le réchauffement climatique. L’étude se concentre sur l’aspect économique du réchauffement planétaire qu’elle chiffre à un coût minimum de 5 500 milliards d’euros sur 10 ans. Si les pays tardaient à mettre en place des politiques pour lutter efficacement contre la hausse des températures, la crise pourrait être beaucoup plus grave avec un coût 5 à 20 fois supérieur, principalement à cause de l’emballement du réchauffement planétaire si l’augmentation dépasse de 2° les températures de base des années 1800, avant l’ère industrielle. Aussi, on peut considérer que le rendez-vous entre l’homme et sa planète est fixé d’ici 10 à 15 ans, date à laquelle il faut que les émissions de CO2 décroissent très significativement, sans quoi le climat pourrait s’emballer…

Pour retarder et si possible éviter un dérèglement climatique majeur,  Sir Stern recommande quatre approches concourantes :

  • Les permis d’émission de CO2.
  • La coopération technique au niveau mondial pour développer des technologies faiblement émettrices de CO2.
  • La lutte contre la déforestation et la dégradation de la couverture végétale.
  • L’aide des pays riches aux pays les plus pauvres.

Pour le WWF, « Si nous ne réussissons pas à intervenir maintenant, nous allons ravager notre planète… Le rapport Stern est un cri d’alarme lancé au monde… » qui confirme l’urgence du prochain rassemblement de Copenhaguen, en décembre 2009.

Et si c’était vrai ?

rechauffement-climatique_1015_w560La force du rapport Stern est de rappeler – par le biais d’instruments économiques – l’impact des conséquences économiques et sociales du réchauffement climatique. Ce rapport chiffre les dommages. Il insiste sur l’indispensable agir collectif international dans la mesure où les efforts des uns pourraient être annihilés par le non-effort des autres. En l’espèce, « si la Grande-Bretagne cessait aujourd’hui toute pollution, l’économie en terme d’émissions polluantes engendrée serait annulée en moins de deux ans par le simple effet de la croissance en Chine ». L’action aurait donc des retombées économiques bien supérieures au coût des mesures prises. Le problème est donc aujourd’hui avant tout d’ordre politique. Le protocole de Kyoto ne va pas assez loin ; il doit s’assurer de l’adhésion des Etats-Unis, de l’Australie mais aussi des pays en voie de développement. Les risques d’une inertie prolongée sont trop importants. Quant aux détracteurs du rapport Stern, il est vrai que les difficultés liées à l’évaluation des dommages environnementaux demeurent et de nombreuses incertitudes méthodologiques se superposent aux incertitudes scientifiques. Evitons le débat sur le non-maîtrisable et l’hypothèse du ceteris paribus cher aux économistes pour en venir à maîtriser l’inévitable.
Ses principales conclusions sont qu’un pour cent du PIB investi maintenant suffirait à fortement atténuer les effets du changement climatique (« soit [2] une augmentation ponctuelle de l’indice des prix, de la même grandeur que des coûts auxquels nous sommes habitués à faire face, par exemple en ce qui concerne les fluctuations des taux de change. Cela ne ralentirait nullement notre activité ») et qu’autrement ce serait risquer une récession jusqu’à vingt pour cent du PIB mondial.

Un rapport alarmiste, qui a été contesté

Sir Nicholas Stern, vice-président senior de la Banque mondiale, est lauteur du rapport.

Sir Nicholas Stern, vice-président senior de la Banque mondiale

« Le Rapport Stern sur l’économie du changement climatique était-il une manipulation grossière de la méthodologie économique » par Olivier Godard

Approuvé par plusieurs prix Nobel (Mirrlees, Sen, Solow, Stiglitz) le Rapport Stern a néanmoins essuyé de vives critiques de la part de plusieurs économistes, en particulier nord-américains. Le cœur des critiques concerne les choix en matière de taux d’actualisation, le traitement de l’incertitude et celui de l’adaptation des générations futures à la nouvelle donne climatique. L’équipe Stern aurait manipulé la méthodologie économique afin de pouvoir dresser un tableau catastrophiste du problème et de conforter la justification d’une action forte et immédiate visant à limiter ce risque, ce qui correspondait à la position du gouvernement britannique commanditaire du rapport. De l’examen de ces critiques il ressort que le rapport Stern n’est pas à l’abri de tout reproche mais que sur l’essentiel il a raison contre ses critiques dans le cadre de la philosophie utilitariste qui sous-tend la démarche économique standard de l’analyse coûts-avantages. Toutefois, des réserves peuvent être émises quant à la pertinence de ce cadre analytique pour aborder un problème comme celui de l’effet de serre. Cela n’empêche pas plusieurs alternatives non-utilitaristes de rencontrer elles aussi des difficultés non négligeables. Quoi qu’il en soit, l’habillage en termes d’efficacité économique dont est revêtu le débat critique est largement trompeur, car le problème est dominé par le statut éthique à reconnaître aux générations futures et la légitimité de transferts imposés de coûts en contexte asymétrique, deux questions qui échappent à l’analyse économique. stern-review

En savoir plus :

Voir aussi :

4 Réponses

  1. Les changements environnementaux pourraient contraindre 200 millions de personnes à migrer, selon l’ONG CARE

    A moins que des mesures drastiques ne parviennent à stopper le réchauffement climatique, l’impact de ce dernier sur la migration et le déplacement de personnes pourrait atteindre une dimension largement supérieure à tout ce que nous avons pu connaître jusqu’à présent. Les changements climatiques affectent déjà la migration et les déplacements. Les estimations les plus importantes prévoient toutes que cette tendance s’accentuera et que des dizaines de millions de personnes devront migrer dans les années à venir.

    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2015_changement_climatique_migrations.php

  2. Réchauffement climatique : 15 ans pour agir
    salimpub

  3. […] récents Rapport Stern : il r… on Comment calculer le prix d…Picard on Paul François, victime des…Voyageur on […]

  4. […] KALISSE, « Rapport Stern : il reste 10 à 15 ans pour inverser la vapeur », SOS BIODIVERSITÉ, 16 juin 2009, https://sosbiodiversite.wordpress.com/2009/06/16/rapport-stern/. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :