Changements climatiques : Cap vers Copenhague


Cette petite publication  du RAC – Réseau Action Climat souhaite informer les citoyens sur les enjeux de la prochaine conférence internationale sur les changements climatique qui aura lieu cette année à Copenhague (7 au 18 décembre).

couvLa rencontre de Copenhague en décembre 2009 est en effet capitale car elle doit permettre la mise en place d’une lutte globale contre les émissions de gaz à effet de serre qui dérèglent nos climats.  Les États de la planète doivent donc s’entendre et parvenir à un accord ambitieux avant fin 2009 pour s’assurer que de nouvelles actions de réduction des émissions et d’adaptation aux impacts seront mises en place dès 2012.

Cette brochure souhaite expliquer simplement pourquoi il est urgent d’agir et comment fonctionne le système international de lutte contre les changements climatique.  Le RAC-F, ses membres et d’autres partenaires ont également souhaité montrer quels sont les 4 points cruciaux qui permettront de dire que la conférence de Copenhague est un succès !

Publication de 9 pages, format A5, couleur.
Réseau Action Climat-France – Mai 2009
Pour toute commande papier : emmanuel[a]rac-f.org / 01 48 58 83 92
Télécharger la brochure au format pdf (2,5 Mo) Lire la suite

Rapport Stern : il reste 10 à 15 ans pour inverser la vapeur


Le rapport Stern sur l’économie du changement climatique est un compte-rendu sur l’effet du changement climatique et du réchauffement global sur la planète rédigé par l’économiste Nicholas Stern pour le gouvernement du Royaume-Uni. Ce rapport de plus de 700 pages est le premier rapport financé par un gouvernement sur le réchauffement climatique mené par un économiste et non par un météorologue

fumee usines

Réalisé par un expert mandaté par le gouvernement britannique, ce  rapport  de 2006 démontre que le monde va devoir faire face à d’énormes coûts si des décisions concrètes ne sont pas prises rapidement pour lutter contre le réchauffement climatique. L’étude se concentre sur l’aspect économique du réchauffement planétaire qu’elle chiffre à un coût minimum de 5 500 milliards d’euros sur 10 ans. Si les pays tardaient à mettre en place des politiques pour lutter efficacement contre la hausse des températures, la crise pourrait être beaucoup plus grave avec un coût 5 à 20 fois supérieur, principalement à cause de l’emballement du réchauffement planétaire si l’augmentation dépasse de 2° les températures de base des années 1800, avant l’ère industrielle. Aussi, on peut considérer que le rendez-vous entre l’homme et sa planète est fixé d’ici 10 à 15 ans, date à laquelle il faut que les émissions de CO2 décroissent très significativement, sans quoi le climat pourrait s’emballer… Lire la suite

Sauvons la mer !


France – Les quatres groupes de travail du Grenelle de la Mer ont rendu le 9 juin leurs rapports à Jean-Louis Borloo, , ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire .  Plus de 500 propositions ont été émises par les membres qui sont issus de 5 collèges :  Etat , Collectivités territoriales,  ONG, syndicats et patronat, sur les grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources.

Grenelle de la mer : 4 rapports et 500 propositions !

grenelle-mer-grand

Après deux mois et demi de débats et quelques nuits blanches, voilà donc quatre rapports sur la table du ministre pour répondre à la commande de ce Grenelle de la mer : élaborer la politique maritime de la France pour les trente à cinquante prochaines années. Premier constat : pour la première fois de notre histoire, tous les acteurs du maritime étaient réunis autour d’une même table et, à en juger par l’enthousiasme des débats, on se demande pourquoi il a fallu tant de siècles… La remise de ces rapports marque une étape importante dans l’avancement du Grenelle de la Mer. La phase de consultation publique débute désormais.

Découvrez la synthèse des travaux des quatres groupes

Depuis le 27 février dernier, les quatre groupes, réunissant autour d’une même table experts, représentants des syndicats, du patronat, de l’Etat et des associations et ONG de protection de l’environnement, ont travaillé sur l’élaboration de propositions pour traiter des grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources. Il s’agissait d’engager une grande concertation avec tous les acteurs du monde maritime, les premiers concernés, mais pas les seuls, par le devenir de leurs activités et le devenir même de la mer.

Lire la suite

Grenelle de la Mer : consultation publique du 8 au 24 juin


Donnez votre avis !


Lire la suite

Grenelle de la mer: donnez votre avis en ligne !


Le ministre du Développement durable, Jean-Louis Borloo, a lancé mardi la consultation du public sur le Grenelle de la mer, soulignant que ce ne pouvait être uniquement « l’affaire des gens du littoral » mais devait être celle de « tous les Français ».

grenelle_mer_consultation

>> Site de la consultation publique

Du 9 au 24 juin, un site internet et des réunions publiques dans 18 villes, dont 7 outre-mer

Ce n’est pas l’Etat qui consulte mais l’ensemble des acteurs qui fabriquent des projets et de programmes », a souligné M. Borloo, jugeant que « l’enjeu de la mer et des océans n’était pas, en France, en Europe et ailleurs, porté à sa juste mesure ». « Je suis convaincu que la mer sauvera la terre, je pense que c’est notre nouvelle frontière ».
Après la phase de consultation, une table ronde finale se tiendra début juillet. L’objectif : déboucher sur une série d’engagements précis, quantifiés et partagés, a indiqué Jean Louis Borloo.

Lire la suite

José Manuel Barroso n’a pas senti le vent tourner


À quelques mois de la fin de son mandat, la Commission de José Manuel Barroso s’est vue décerner, par un groupe de dix ONG, une note globale de 4,4 sur 10 pour son action en faveur de l’environnement ces cinq dernières années. Il faut dire que le sympathique José-Manuel ne joue pas dans le même camp que notre José national…et que le succès des Verts aux dernières élections rend plus difficile sa candidature à sa propre succession.

4,4 sur 10 !

José Manuel Barroso - Président de la Commission européenne

C’est l’évaluation donnée par un groupe de dix ONG environnementales (Green 10) qui représente l’union des dix plus grandes organisations environnementales européennes, à la Commission de José Manuel Barroso pour son action en faveur de l’environnement ces cinq dernières années. À quelques mois de la fin de son mandat, le constat se veut sévère ! Le groupe d’associations qui regroupe notamment Greenpeace, le WWF, Bird Life ou le Climate Action Network, a noté l’action de la Commission Barroso, entrée en fonction en novembre 2004, dans douze domaines allant de la lutte contre le changement climatique, à la santé, en passant par les transports, l’agriculture, la transparence ou encore la biodiversité.

Un partisan zélé des OGM

Lire la suite

Ecologie urbaine : un concept appliqué à la lettre dans le Bliesgau


Avec ses aires urbaines, le Bliesgau est la réserve de biosphère avec la plus grande densité de population au monde.Le concept d’écologie urbaine est fondamental pour le Bliesgau, zone protégée allemande ajoutée au Réseau mondial de réserves de biosphère de l’UNESCO qui en compte 522.  Le Bliesgau n’est pas le premier site du Réseau qui intègre en son sein des aires urbaines, mais il est le seul où la densité de la population atteint 310 habitants par km2. Mais pour les responsables du projet de préservation du Bliesgau, les composantes économique et sociale du développement durable sont tout aussi importantes que ses aspects écologiques.

par Jens Lubbadeh,  in « Le Courrier de l’UNESCO » Juin 2009

Au coeur de l’Europe de l’Ouest, la Sarre est le « Midi » de l’Allemagne

bliesgau03_250.jpgPetite mais impressionnante, telle pourrait être la devise de la Sarre, le plus petit Land allemand, hormis les villes-États d’Hambourg, de Berlin et de Brême. Quelque peu isolée au sud-ouest du pays, elle donne l’impression d’être une petite annexe de la grande Allemagne. Cernée en grande partie par le vaste Land de Rhénanie-Palatinat, elle a une frontière commune avec la France au sud et taquine du museau le Luxembourg à l’ouest.  C’est également l’un des coins les plus chauds de l’Allemagne. Rien d’étonnant donc à ce que la Sarre soit peuplée depuis des milliers d’années, comme en témoignent les traces laissées par ses premiers habitants. Le Gollenstein, un menhir vieux de 4 000 ans, atteste la présence humaine dans la région dès l’âge de pierre. Plus tard, ce sont les Romains qui se plurent en Sarre, Jules César ayant conquis ce territoire alors qu’il était peuplé par des Celtes. Ce sont également les Romains qui introduisirent la vigne dans la région, marquant le début d’une longue tradition qui allait perdurer jusque dans la première moitié du 20e siècle dans la vallée de la Blies.

43 % du territoire du Bliesgau est en zone protégée

Lire la suite

L’UNESCO désigne 22 nouvelles réserves de biosphère dans 17 pays


26 mai 2009 – L’UNESCO a désigné 22 nouvelles réserves de biosphère qui viennent s’ajouter au réseau mondial qui en compte désormais 553 dans 107 pays. La décision a été prise par le Conseil international de coordination du Programme L’Homme et la biosphère (MAB-CIC) lors de sa 21e session qui se tient du 25 au 29 mai 2009 sur l’île de Jeju (République de Corée). En France, 10 zones bénéficient de ce label.

korea01_400Les réserves de biosphère sont des sites reconnus qui innovent et font la démonstration de nouvelles approches de gestion intégrée de la biodiversité et des ressources terrestres, côtières et marines. Les réserves sont aussi des sites d’expérimentation et d’étude pour le développement durable.

Le Programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère (MAB) propose un projet interdisciplinaire basé sur la recherche et le renforcement des capacités dans le but d’améliorer les relations entre les gens et leur environnement global.  Lancé au début des années 70, ce programme a pour principale mission de réduire la perte de biodiversité par des approches écologiques, sociales et économiques. Il utilise son réseau mondial de réserves de biosphère comme un outil d’échange des connaissances, de recherche et de surveillance, d’éducation et de formation, et un défi pour les responsables politiques.

A ce jour, dix réserves de biosphère ont été classées en France : la mer d’Iroise, la forêt de Fontainebleau et le Gâtinais, les Vosges du Nord/Pfalzerwald, la commune de Fakarava (Polynésie française), les Cévennes, le mont Ventoux, le Luberon, la Camargue, la vallée du Fango (Corse) et l’ archipel de la Guadeloupe .

Les 22 nouvelles réserves de biosphère : Lire la suite

Le MEF ferme ses portes à Paris. Les négociations sur le climat se poursuivent à Bonn du 1 au 12 Juin


Alors que le Forum des économies Majeures (MEF) s’est terminé hier à Paris, les négociations de l’ONU vont entrer dans une nouvelle phase lundi 1er juin prochain, à Bonn (Allemagne). Pour la première fois les pays auront face à eux un vrai texte de négociation préparé par le Secrétariat de l’ONU, base de l’accord de Copenhague.

Le MEF a rassemblé pendant deux jours les ministres de l’environnement des 17 pays les plus pollueurs de la planète pour la deuxième fois cette année. A l’ordre du jour devaient être discutés les sujets les moins consensuels dans les négociations de l’ONU sur le climat : le soutien financier des pays industrialisés pour aider ceux en développement à faire face au défi climatique et les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. «Pour de nombreux participants, comme le Ministre allemand, il n’y a eu que très peu d’avancées lors de ce Major Economies Forum», regrette Damien Demailly, chargé du programme énergie-Climat au WWF-France. Lire la suite

Comment calculer le prix d’une abeille ? d’un paysage ? d’une eau potable ?


Les écosystèmes rendent de nombreux services dits « services écologiques » ou « services écosystémiques » qu’on classe parfois comme bien commun et/ou bien public. Ce sont des processus naturels utiles et souvent nécessaires aux populations humaines sans qu’elles aient à agir pour les obtenir . Par exemple la production de l’oxygène de l’air par les végétaux, la production de plancton qui nourrit les poissons que nous pêchons, l’épuration naturelle des eaux par les sols, l’activité des pollinisateurs des cultures, les organismes qui produisent et entretiennent l’humus, le stockage naturel de carbone dans le bois, les sols, les mers et le sous-sol. Sans oublier la beauté des paysages et des milieux de vie que nous offre la Nature.

Très attendu, le rapport français sur la valeur économique de la biodiversité

« L’approche économique de la biodiversité et des services liés aux éco systèmes « , le rapport du Centre d’Analyse Stratégique (CAS) a été présenté mercredi 29 avril 2009  par M. Bernard Chevassus-au-Louis, président de la commission de travail, aux ministres Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, en présence de M. Pavan Sukhdev, coordinateur de la TEEB (The Economy of Ecosystem and Biodiversity, parfois appelé le « rapport Stern de la biodiversité ».

  • reservcesnaturelles2Quel bilan dresser des connaissances scientifiques sur le thème de la monétarisation des services rendus par les écosystèmes et de la valeur de la biodiversité ?
  • Quels sont les enjeux socio-économiques de la diversité biologique en France, y compris dans les départements et collectivités d’Outre-mer ?
  • Quel cahier des charges pour d’éventuelles recherches ultérieures ?
  • Quelles seraient les premières valeurs de référence pour la prise en compte de la biodiversité, qui pourront être utilisées notamment dans les études socio-économiques relatives aux projets d’infrastructures ? Lire la suite