Sauvons la mer !


France – Les quatres groupes de travail du Grenelle de la Mer ont rendu le 9 juin leurs rapports à Jean-Louis Borloo, , ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire .  Plus de 500 propositions ont été émises par les membres qui sont issus de 5 collèges :  Etat , Collectivités territoriales,  ONG, syndicats et patronat, sur les grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources.

Grenelle de la mer : 4 rapports et 500 propositions !

grenelle-mer-grand

Après deux mois et demi de débats et quelques nuits blanches, voilà donc quatre rapports sur la table du ministre pour répondre à la commande de ce Grenelle de la mer : élaborer la politique maritime de la France pour les trente à cinquante prochaines années. Premier constat : pour la première fois de notre histoire, tous les acteurs du maritime étaient réunis autour d’une même table et, à en juger par l’enthousiasme des débats, on se demande pourquoi il a fallu tant de siècles… La remise de ces rapports marque une étape importante dans l’avancement du Grenelle de la Mer. La phase de consultation publique débute désormais.

Découvrez la synthèse des travaux des quatres groupes

Depuis le 27 février dernier, les quatre groupes, réunissant autour d’une même table experts, représentants des syndicats, du patronat, de l’Etat et des associations et ONG de protection de l’environnement, ont travaillé sur l’élaboration de propositions pour traiter des grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources. Il s’agissait d’engager une grande concertation avec tous les acteurs du monde maritime, les premiers concernés, mais pas les seuls, par le devenir de leurs activités et le devenir même de la mer.

Lire la suite

José Manuel Barroso n’a pas senti le vent tourner


À quelques mois de la fin de son mandat, la Commission de José Manuel Barroso s’est vue décerner, par un groupe de dix ONG, une note globale de 4,4 sur 10 pour son action en faveur de l’environnement ces cinq dernières années. Il faut dire que le sympathique José-Manuel ne joue pas dans le même camp que notre José national…et que le succès des Verts aux dernières élections rend plus difficile sa candidature à sa propre succession.

4,4 sur 10 !

José Manuel Barroso - Président de la Commission européenne

C’est l’évaluation donnée par un groupe de dix ONG environnementales (Green 10) qui représente l’union des dix plus grandes organisations environnementales européennes, à la Commission de José Manuel Barroso pour son action en faveur de l’environnement ces cinq dernières années. À quelques mois de la fin de son mandat, le constat se veut sévère ! Le groupe d’associations qui regroupe notamment Greenpeace, le WWF, Bird Life ou le Climate Action Network, a noté l’action de la Commission Barroso, entrée en fonction en novembre 2004, dans douze domaines allant de la lutte contre le changement climatique, à la santé, en passant par les transports, l’agriculture, la transparence ou encore la biodiversité.

Un partisan zélé des OGM

Lire la suite

Copenhague-2009 : signez l’ultimatum climatique


Le compte à rebours a commencé. A quelque 200 jours de la conférence de l’ONU sur le climat qui se tient en décembre à Copenhague, la Fondation Nicolas Hulot, Oxfam France, Médecins du Monde, Action contre la Faim, les Amis de la Terre, Réseau Action Climat France, Greenpeace, Care, Secours Catholique, Fidh (Féderation internationale pour les droits de l’homme) et le WWF lancent l’ultimatum climatique et son site http://www.copenhague-2009.com.

onemillionforclimateConférence de Copenhague : un rendez-vous crucial pour le climat et l’humanité

Le changement climatique a déjà des conséquences dramatiques. Les premières victimes sont et seront à l’avenir les populations déjà les plus vulnérables et les pays les plus pauvres : crises humanitaires, exodes, atteintes aux droits de l’homme risquent de se multiplier dans un futur proche. C’est pourquoi une coalition inédite d’organisations françaises de solidarité internationales, de défense de l’environnement et des droits de l’homme lance un appel au président français, en vu du Sommet de Copenhague.
En décembre, le Danemark va accueillir le prochain sommet international des Nations Unies sur le climat. La communauté internationale doit y élaborer un accord global qui prendra la suite du protocole de Kyoto.

L’ APPEL :

Lire la suite

Trame verte et bleue : consultation publique


Enrayer la perte de la biodiversité passe notamment en France par la préservation et la restauration de continuités écologiques. Le projet TRB vise à (re)constituer un réseau d’échanges cohérent à l’échelle du territoire national, pour que les espèces animales et végétales puissent, à l’instar des hommes, communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… assurer leur survie. Entré dans une phase décisive, le projet Trame verte et bleue a maintenant besoin de vous pour s’enrichir. Une consultation nationale est lancée jusqu’en juillet 2009.
Ripisylve en Bretagne

Ripisylve en Bretagne. La TRB ambitionne d’enrayer le déclin de la biodiversité avec des mesures d’aménagement du territoire national.

Une mesure phare du Grenelle environnement.

L’enjeu de la constitution d’une Trame Verte et Bleue (TVB) s’inscrit bien au-delà de la simple préservation d’espaces naturels isolés et de la protection d’espèces en danger. Il est de (re)constituer un réseau écologique cohérent qui permette aux espèces de circuler et d’interagir, et aux écosystèmes de continuer à rendre à l’homme leurs services :

  • production d’oxygène, de biomasse,
  • structuration des paysages et amélioration du cadre de vie,
  • pollinisation, fonctions de production, création d’emplois, prévention des inondations, épuration de l’eau ,…

Lire la suite

L’UNESCO désigne 22 nouvelles réserves de biosphère dans 17 pays


26 mai 2009 – L’UNESCO a désigné 22 nouvelles réserves de biosphère qui viennent s’ajouter au réseau mondial qui en compte désormais 553 dans 107 pays. La décision a été prise par le Conseil international de coordination du Programme L’Homme et la biosphère (MAB-CIC) lors de sa 21e session qui se tient du 25 au 29 mai 2009 sur l’île de Jeju (République de Corée). En France, 10 zones bénéficient de ce label.

korea01_400Les réserves de biosphère sont des sites reconnus qui innovent et font la démonstration de nouvelles approches de gestion intégrée de la biodiversité et des ressources terrestres, côtières et marines. Les réserves sont aussi des sites d’expérimentation et d’étude pour le développement durable.

Le Programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère (MAB) propose un projet interdisciplinaire basé sur la recherche et le renforcement des capacités dans le but d’améliorer les relations entre les gens et leur environnement global.  Lancé au début des années 70, ce programme a pour principale mission de réduire la perte de biodiversité par des approches écologiques, sociales et économiques. Il utilise son réseau mondial de réserves de biosphère comme un outil d’échange des connaissances, de recherche et de surveillance, d’éducation et de formation, et un défi pour les responsables politiques.

A ce jour, dix réserves de biosphère ont été classées en France : la mer d’Iroise, la forêt de Fontainebleau et le Gâtinais, les Vosges du Nord/Pfalzerwald, la commune de Fakarava (Polynésie française), les Cévennes, le mont Ventoux, le Luberon, la Camargue, la vallée du Fango (Corse) et l’ archipel de la Guadeloupe .

Les 22 nouvelles réserves de biosphère : Lire la suite

Le MEF ferme ses portes à Paris. Les négociations sur le climat se poursuivent à Bonn du 1 au 12 Juin


Alors que le Forum des économies Majeures (MEF) s’est terminé hier à Paris, les négociations de l’ONU vont entrer dans une nouvelle phase lundi 1er juin prochain, à Bonn (Allemagne). Pour la première fois les pays auront face à eux un vrai texte de négociation préparé par le Secrétariat de l’ONU, base de l’accord de Copenhague.

Le MEF a rassemblé pendant deux jours les ministres de l’environnement des 17 pays les plus pollueurs de la planète pour la deuxième fois cette année. A l’ordre du jour devaient être discutés les sujets les moins consensuels dans les négociations de l’ONU sur le climat : le soutien financier des pays industrialisés pour aider ceux en développement à faire face au défi climatique et les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. «Pour de nombreux participants, comme le Ministre allemand, il n’y a eu que très peu d’avancées lors de ce Major Economies Forum», regrette Damien Demailly, chargé du programme énergie-Climat au WWF-France. Lire la suite

Plan d’action « Agriculture et biodiversité »


Paris -22 Mai 2009 – La Stratégie nationale pour la biodiversité, réactualisée, a été présentée au Conseil des ministres du 20 mai par Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno. Le plan d’action « Agriculture et biodiversité » en fait partie. Michel Barnier a rendu public le 22 mai ce plan enrichi à la lumière des conclusions du Grenelle de l’environnement, des Assises de l’agriculture et du bilan de santé de la politique agricole commune (PAC). Les enjeux du changement climatique et de la préservation des continuités écologiques en sont un point fort.

Renforcement de la « Stratégie nationale pour la biodiversité »

Stratégie nationale pour la biodiversité - 2009-2010 - Michel Barnier renforce le plan d'action « agriculture »

Stratégie nationale pour la biodiversité - 2009-2010 - Michel Barnier renforce le plan d'action « agriculture »

A l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, Jean-Louis BORLOO, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire et Chantal JOUANNO, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie rappellent l’engagement fort de la France pour relever le défi majeur posé à l’humanité : la perte de la biodiversité. Mme Jouanno a présenté le 20 mai dernier, lors d’une communication en Conseil des ministres, les 10 plans d’action sectoriels prévus dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité. « La Stratégie nationale pour la biodiversité intègre désormais les mesures du Grenelle Environnement. Elle rassemble les actions devant permettre d’enrayer l’érosion de la biodiversité d’ici 2010, objectif partagé avec les autres pays de l’Union européenne. Tous les acteurs concernés doivent dès à présent se mobiliser pour intégrer la biodiversité dans l’ensemble des politiques publiques et des acteurs d’activités » déclarent Jean-Louis BORLOO et Chantal JOUANNO. Lire la suite

Les espèces face au changement climatique


La savane africaine désertée par les éléphants, une banquise arctique sans ours polaire, des orangs-outans condamnés à vivre en captivité car leur milieu d’origine ne leur serait plus favorable : tel pourrait être le monde de demain, décrit par un nouveau rapport publié par le WWF : « Les espèces face au changement climatique »

« Stop au réchauffement climatique », publicité créée par l’Agence « Seagulls Fly » pour l’ONG portugaise « QUERCUS » qui oeuvre à la protection de la nature (2008).

Le changement climatique pousse des espèces à l’extinction

Le rapport du WWF , consacré aux conséquences potentielles du changement climatique sur certains des animaux les plus emblématiques du bestiaire terrestre, s’appuie sur les travaux scientifiques les plus récents. Lire la suite

Des signes positifs pour Copenhague


Comme les récentes déclarations de l’Australie et du Japon, différents pays envoient des signaux positifs pour la conférence de Copenhague du du 7 au 18 décembre 2009 . Il s’agit désormais de concrétiser dans des déclarations politiques communes lors des prochaines réunions du Major Economies Forum (MEF) – fin mai à Paris – et de l’ONU – début Juin à Bonn.

Source  WWF-France

365px-Kohlekraftwerk_Mehrum_Schornstein

Centrale électrique à charbon

L’Australie s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici à 2020 par rapport à 2000

L’Australie vient d’envoyer un signe encourageant à la communauté internationale dans ses efforts pour préparer un accord efficace sur le climat à Copenhague. En effet elle vient de s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici à 2020 par rapport à 2000 (soit quasiment la même chose par rapport à 1990) si d’autres pays font des efforts comparables. Ce chiffre des 25% d’ici à 2020 correspond au minimum de ce que recommande les scientifiques du climat pour éviter un réchauffement climatique supérieur à 2°C qui aurait des impacts désastreux. Le Japon a récemment annoncé qu’il était lui aussi prêt à un tel effort. Ces engagements, ajoutés au retour des Etats-Unis dans le jeu climatique, sont le signe d’une prise de conscience croissante des enjeux de Copenhague de la part des gouvernements des pays industrialisés.Ces nouvelles viennent s’ajouter à d’autres signaux positifs récents de la part de pays émergents. En effet, le Brésil vient de reconnaître le seuil de 2°C, comme un seuil critique de réchauffement climatique mondial à ne pas dépasser. Lire la suite

Comment calculer le prix d’une abeille ? d’un paysage ? d’une eau potable ?


Les écosystèmes rendent de nombreux services dits « services écologiques » ou « services écosystémiques » qu’on classe parfois comme bien commun et/ou bien public. Ce sont des processus naturels utiles et souvent nécessaires aux populations humaines sans qu’elles aient à agir pour les obtenir . Par exemple la production de l’oxygène de l’air par les végétaux, la production de plancton qui nourrit les poissons que nous pêchons, l’épuration naturelle des eaux par les sols, l’activité des pollinisateurs des cultures, les organismes qui produisent et entretiennent l’humus, le stockage naturel de carbone dans le bois, les sols, les mers et le sous-sol. Sans oublier la beauté des paysages et des milieux de vie que nous offre la Nature.

Très attendu, le rapport français sur la valeur économique de la biodiversité

« L’approche économique de la biodiversité et des services liés aux éco systèmes « , le rapport du Centre d’Analyse Stratégique (CAS) a été présenté mercredi 29 avril 2009  par M. Bernard Chevassus-au-Louis, président de la commission de travail, aux ministres Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, en présence de M. Pavan Sukhdev, coordinateur de la TEEB (The Economy of Ecosystem and Biodiversity, parfois appelé le « rapport Stern de la biodiversité ».

  • reservcesnaturelles2Quel bilan dresser des connaissances scientifiques sur le thème de la monétarisation des services rendus par les écosystèmes et de la valeur de la biodiversité ?
  • Quels sont les enjeux socio-économiques de la diversité biologique en France, y compris dans les départements et collectivités d’Outre-mer ?
  • Quel cahier des charges pour d’éventuelles recherches ultérieures ?
  • Quelles seraient les premières valeurs de référence pour la prise en compte de la biodiversité, qui pourront être utilisées notamment dans les études socio-économiques relatives aux projets d’infrastructures ? Lire la suite