André Pochon : le scandale des usines à cochons


9782268066981fsAndré Pochon est agriculteur en Bretagne et milite depuis les années 1970 pour l’agriculture paysanne Fondateur du CEDAPA, association de paysans en agriculture durable, il  propose des solutions alternatives à l’élevage intensif basées sur un élevage des vaches sur prairies (à base de trèfle blanc) et des porc sur paille. Le paradoxe : ce qui ressemble à une révolution ne fait que prôner le bon sens, le retour aux règles de base de l’agronomie, le rythme des saisons et le bien-être des animaux… »Pas d’économie sans écologie » martele Dédé Pochon. Sylvain lapoix, de Marianne.fr, lui a posé quelques questions sur son dernier ouvrage « Le scandale de l’agriculture folle », aux éditions du Rocher. André Pochon a vu se dégrader la Bretagne dans les dérives de l’agriculture porcine intensive. Pour lui, l’industrialisation de l’agriculture qui pourrait prendre fin si les lobbys phytosanitaires et les chambres d’agricultures revenaient aux méthodes paysannes.

« Le scandale des usines à cochons »

Interview d’André Pochon in Marianne.Fr – Lundi 09 Mars 2009. Lire la suite

Le film : « We Feed the World « , le marché de la faim


We Feed the World est un film documentaire autrichien réalisé par Erwin Wagenhofer et sorti le 25 avril 2007. Le film a été tourné en 2005. Erwin Wagenhofer s’est inspiré du livre de Jean Ziegler, L’empire de la honte pour tourner son film.

pr_otrokDes décharges de Vienne (où l’on jette chaque jour assez de pain pour nourrir la seconde ville d’Autriche) aux vastes étendues du Mato Grosso (où les paysans brésiliens meurent de faim à côté des champs d’exportation), des serres d’Almeria en Espagne (où les tomates poussent dans de la laine de verre) au siège social de Nestlé en Suisse, We Feed the world nous confronte aux réalités de ce qu’on appelle désormais l’industrie agroalimentaire, ainsi qu’aux conséquences économiques, humaines et environnementales de nos modes de consommation.

  • L’agriculture aujourd’hui : quel mode de production ?
  • Agriculture et mondialisation : une agriculture source d’inégalités et de défis
  • Agriculture et citoyenneté : le rôle du citoyen-consommateur
  • La mondialisation à travers l’exemple de la filière agro-alimentaire
  • La domination des multinationales sur l’agriculture mondiale et ses conséquences
  • La politique agricole commune européenne

Lire la suite

24 heures dans la vie d’une poule !


Un reportage choc de MarcelGreen, qui a infiltré une équipe de reporters dans une ferme bio de Normandie

On a beau lire ou entendre des choses, s’intéresser de très près à l’alimentation écologique, pour comprendre comment fonctionne une ferme bio, rien de tel que d’aller dans une ferme bio! Marcel Green a choisi la ferme de Mr et Mme Duhoux, lieu dit « Les Mares » à Condé sur Huisne dans l’Orne. Pour vous rassurer…

>> La suite du reportage ici

Voir aussi :

La très haute tension reconnue néfaste pour les animaux d’un élevage


Pour la première fois, la justice a établi le lien de causalité entre une ligne à très haute tension et des troubles sanitaires graves signalés sur des animaux. Cela fait des années que les champs électromagnétiques générés par les lignes électriques sont soupçonnés d’être dangereux pour le vivant. Mais EDF a toujours niée toute relation de cause à effet.

« Lorsque vous tenez un néon à la main, il s’allume tout seul »


Le tribunal de grande instance de Tulle a en effet condamné le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité RTE à verser près de 400.000 euros à un éleveur dont les troupeaux de vaches et de porcs présentaient notamment une hausse de la mortalité infantile et une baisse de la natalité.

L’exploitation agricole de la famille Marcouyoux, spécialisée dans l’élevage bovin et porcin à Latronche en Corrèze, est traversée par une ligne à haute tension qui est devenue en 1990 une ligne à très haute tension (THT), soit supérieure ou égale à 400.000 volts. Depuis,les troupeaux ont peu à peu été atteints de problèmes respiratoires, de baisses des défenses immunitaires, de taux de natalité anormalement bas ou encore de taux de mortalité infantile élevés. « 10% du lait est perdu » en raison de maladies digestives ou génitales subies par les vaches. Et selon Michel Marcouyoux, sous la ligne: « lorsque vous tenez un néon à la main, il s’allume tout seul« .

Lire la suite