Des signes positifs pour Copenhague


Comme les récentes déclarations de l’Australie et du Japon, différents pays envoient des signaux positifs pour la conférence de Copenhague du du 7 au 18 décembre 2009 . Il s’agit désormais de concrétiser dans des déclarations politiques communes lors des prochaines réunions du Major Economies Forum (MEF) – fin mai à Paris – et de l’ONU – début Juin à Bonn.

Source  WWF-France

365px-Kohlekraftwerk_Mehrum_Schornstein

Centrale électrique à charbon

L’Australie s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici à 2020 par rapport à 2000

L’Australie vient d’envoyer un signe encourageant à la communauté internationale dans ses efforts pour préparer un accord efficace sur le climat à Copenhague. En effet elle vient de s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici à 2020 par rapport à 2000 (soit quasiment la même chose par rapport à 1990) si d’autres pays font des efforts comparables. Ce chiffre des 25% d’ici à 2020 correspond au minimum de ce que recommande les scientifiques du climat pour éviter un réchauffement climatique supérieur à 2°C qui aurait des impacts désastreux. Le Japon a récemment annoncé qu’il était lui aussi prêt à un tel effort. Ces engagements, ajoutés au retour des Etats-Unis dans le jeu climatique, sont le signe d’une prise de conscience croissante des enjeux de Copenhague de la part des gouvernements des pays industrialisés.Ces nouvelles viennent s’ajouter à d’autres signaux positifs récents de la part de pays émergents. En effet, le Brésil vient de reconnaître le seuil de 2°C, comme un seuil critique de réchauffement climatique mondial à ne pas dépasser. Lire la suite

« J’AI VU CHANGER LA TERRE » sur France 5


Le changement climatique n’est pas une abstraction amenée à prendre corps à l’horizon 2020, 2050 ou encore 2100. Aux quatre coins du monde, nombre de nos semblables subissent déjà les conséquences de la dégradation de leur environnement. Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, chasseurs… Ces femmes et ces hommes, dont le mode de vie est intimement lié à la nature, témoignent de l’urgence à faire évoluer nos comportements pour préserver notre bien le plus précieux : la planète Terre. Ce sont des témoins d’un nouveau genre. Ils ont « vu changer la Terre » et nous le disent.

Ils sont notre miroir – car nous nous reconnaissons en chacun d’eux – et nous projettent l’image d’un avenir incertain si nous restons indifférents. « J’AI VU CHANGER LA TERRE » est une collection de 10 films documentaires de 52 minutes qui nous emmène à la rencontre de la réalité vécue par ces personnages : élévation du niveau de la mer, érosion des côtes, désertification des sols, disparition de la faune et de la flore, dégradation des récoltes …

Chaque documentaire raconte donc une histoire. Lire la suite