La secrétaire d’État veut protéger 2 % du territoire


Lors du 28e Congrès des réserves naturelles, la secrétaire d’État à l’écologie a confirmé le renforcement de la mission des réserves naturelles dans le domaine de la conservation de la biodiversité,  dans le cadre de la stratégie nationale de créations d’aires protégées définie en 2008 par Jean-Louis Borloo et qui est l’un des engagements du Grenelle de l’Environnement et de la stratégie nationale pour la biodiversité.

reservcesnaturelles2

Les 163 réserves naturelles nationales existantes couvrent 138 000 ha en métropole, et près de 2,6 millions d’ha à l’Outre-mer, dont 2,27 pour la seule réserve naturelle nationale des terres australes et antarctiques françaises

14 réserves ont été créées depuis l’année 2005, la dernière en date étant la réserve naturelle nationale des Coteaux de la Seine (Val-d’Oise et Yvelines (268 hectares). Les réserves naturelles assurent une protection réglementaire des espèces sauvages, des habitats naturels, et du patrimoine biologique. Les réserves naturelles régionales, d’initiative locale, sont une composante importante du dispositif. « Le réseau des réserves naturelles est extrêmement dynamique. Au-delà de la protection d’espaces naturels inestimables, et de leurs espèces sauvages, le travail scientifique de terrain réalisé par les réserves est crucial. Il contribue à notre connaissance de la biodiversité, de ses évolutions, et des impacts du changement climatique sur la biosphère » a déclaré lors de la clôture du congrès la secrétaire d’État à l’écologie, Chantal Jouanno à Divonne-les-Bains.

Trois nouveaux parcs nationaux annoncés

Lire la suite

Publicités

Camargue sauvage : le Conservatoire du Littoral achete 2300 hectares


Le groupe Salins a cédé en octobre 2008 au Conservatoire du littoral 2300 ha de zones humides situées en Camargue. Ces terrains sont fréquentés par plusieurs espèces d’oiseaux, rares ou protégées, et abritent notamment le seul lieu de reproduction des flamants roses en France.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la nouvelle acquisition porte le patrimoine du Conservatoire à près de 32.000 hectares de terrains protégés, ouverts au public et gérés par les collectivités territoriales dans le respect des équilibres écologiques et des paysages. Une partie de ce domaine foncier cédé au Conservatoire du littoral se trouve sur les rives de l’étang de Berre (Bouches-du-Rhône). La cession de ces terrains a bénéficié du soutien du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de l’Agence de l’eau.

La dispartion des zones humides, un problème pour la biodiversité

Lire la suite

« Celui qui détient les graines, contrôle les peuples »


Celui qui contrôle les semences, contrôle la production agricole. N’est-ce pas bizarre que la plupart des groupes semenciers multinationaux soit également des firmes agrochimiques ? Trouvez-vous normal de ne pas pouvoir resemer l’année suivante une variété hybride ? Pourquoi les semences « naturelles » non-inscrites au Katalog officiel du Ministère de l’Agriculture sont-elles illégales ? Est-il éthique que des firmes privées déposent des brevets sur du vivant ? Beurk.

Préservons les semences paysannes

Kokopelli préserve les graines libres. Si tu as un jardin, il t’est possible de parrainer des variétés de plants proposés par Kokopelli. Il s’agit de recueillir chez soi des graines reproductibles, de les faire fructifier, et ainsi de les sauvegarder pour pouvoir les partager. Aidons Kokopelli à sauver la biodiversité !
Sauvons nos vrais fruits et légumes, sauvons nos graines de vie, sauvons Kokopelli !

Découvrez L’association Kokopelli :

Lire la suite

Soutenez l’action de l’association Kokopelli


Créée en 1999, l’association française Kokopelli distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique.

Elle distribue actuellement (chiffres 2007) 550 variétés de tomates, 300 variétés de piments, 130 variétés de laitues, 150 variétés de courges, 50 variétés d’aubergines, etc.

À la suite de dispositions législatives nouvelles, elle a pris la suite de « Terre de Semences » qui œuvrait depuis 1994 pour préserver la biodiversité semencière et potagère. Kokopelli est membre du Réseau Semences Paysannes, constitué d’organisations nationales paysannes et d’agriculture biologique, d’organisations spécialisées, d’artisans, de paysans, d’associations semencières ou pépiniéristes, d’associations de développement et d’associations de conservation de la Biodiversité.

>> Signez la pétition en ligne « Libérez les semences »

En savoir plus :