Sauvons la mer !


France – Les quatres groupes de travail du Grenelle de la Mer ont rendu le 9 juin leurs rapports à Jean-Louis Borloo, , ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire .  Plus de 500 propositions ont été émises par les membres qui sont issus de 5 collèges :  Etat , Collectivités territoriales,  ONG, syndicats et patronat, sur les grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources.

Grenelle de la mer : 4 rapports et 500 propositions !

grenelle-mer-grand

Après deux mois et demi de débats et quelques nuits blanches, voilà donc quatre rapports sur la table du ministre pour répondre à la commande de ce Grenelle de la mer : élaborer la politique maritime de la France pour les trente à cinquante prochaines années. Premier constat : pour la première fois de notre histoire, tous les acteurs du maritime étaient réunis autour d’une même table et, à en juger par l’enthousiasme des débats, on se demande pourquoi il a fallu tant de siècles… La remise de ces rapports marque une étape importante dans l’avancement du Grenelle de la Mer. La phase de consultation publique débute désormais.

Découvrez la synthèse des travaux des quatres groupes

Depuis le 27 février dernier, les quatre groupes, réunissant autour d’une même table experts, représentants des syndicats, du patronat, de l’Etat et des associations et ONG de protection de l’environnement, ont travaillé sur l’élaboration de propositions pour traiter des grands enjeux liés à la mer et au littoral, à la préservation des milieux et à l’exploitation durable de ses ressources. Il s’agissait d’engager une grande concertation avec tous les acteurs du monde maritime, les premiers concernés, mais pas les seuls, par le devenir de leurs activités et le devenir même de la mer.

Lire la suite

Grenelle de la Mer : consultation publique du 8 au 24 juin


Donnez votre avis !


Lire la suite

Grenelle de la mer: donnez votre avis en ligne !


Le ministre du Développement durable, Jean-Louis Borloo, a lancé mardi la consultation du public sur le Grenelle de la mer, soulignant que ce ne pouvait être uniquement « l’affaire des gens du littoral » mais devait être celle de « tous les Français ».

grenelle_mer_consultation

>> Site de la consultation publique

Du 9 au 24 juin, un site internet et des réunions publiques dans 18 villes, dont 7 outre-mer

Ce n’est pas l’Etat qui consulte mais l’ensemble des acteurs qui fabriquent des projets et de programmes », a souligné M. Borloo, jugeant que « l’enjeu de la mer et des océans n’était pas, en France, en Europe et ailleurs, porté à sa juste mesure ». « Je suis convaincu que la mer sauvera la terre, je pense que c’est notre nouvelle frontière ».
Après la phase de consultation, une table ronde finale se tiendra début juillet. L’objectif : déboucher sur une série d’engagements précis, quantifiés et partagés, a indiqué Jean Louis Borloo.

Lire la suite

Trame verte et bleue : consultation publique


Enrayer la perte de la biodiversité passe notamment en France par la préservation et la restauration de continuités écologiques. Le projet TRB vise à (re)constituer un réseau d’échanges cohérent à l’échelle du territoire national, pour que les espèces animales et végétales puissent, à l’instar des hommes, communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… assurer leur survie. Entré dans une phase décisive, le projet Trame verte et bleue a maintenant besoin de vous pour s’enrichir. Une consultation nationale est lancée jusqu’en juillet 2009.
Ripisylve en Bretagne

Ripisylve en Bretagne. La TRB ambitionne d’enrayer le déclin de la biodiversité avec des mesures d’aménagement du territoire national.

Une mesure phare du Grenelle environnement.

L’enjeu de la constitution d’une Trame Verte et Bleue (TVB) s’inscrit bien au-delà de la simple préservation d’espaces naturels isolés et de la protection d’espèces en danger. Il est de (re)constituer un réseau écologique cohérent qui permette aux espèces de circuler et d’interagir, et aux écosystèmes de continuer à rendre à l’homme leurs services :

  • production d’oxygène, de biomasse,
  • structuration des paysages et amélioration du cadre de vie,
  • pollinisation, fonctions de production, création d’emplois, prévention des inondations, épuration de l’eau ,…

Lire la suite

Plan d’action « Agriculture et biodiversité »


Paris -22 Mai 2009 – La Stratégie nationale pour la biodiversité, réactualisée, a été présentée au Conseil des ministres du 20 mai par Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno. Le plan d’action « Agriculture et biodiversité » en fait partie. Michel Barnier a rendu public le 22 mai ce plan enrichi à la lumière des conclusions du Grenelle de l’environnement, des Assises de l’agriculture et du bilan de santé de la politique agricole commune (PAC). Les enjeux du changement climatique et de la préservation des continuités écologiques en sont un point fort.

Renforcement de la « Stratégie nationale pour la biodiversité »

Stratégie nationale pour la biodiversité - 2009-2010 - Michel Barnier renforce le plan d'action « agriculture »

Stratégie nationale pour la biodiversité - 2009-2010 - Michel Barnier renforce le plan d'action « agriculture »

A l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, Jean-Louis BORLOO, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire et Chantal JOUANNO, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie rappellent l’engagement fort de la France pour relever le défi majeur posé à l’humanité : la perte de la biodiversité. Mme Jouanno a présenté le 20 mai dernier, lors d’une communication en Conseil des ministres, les 10 plans d’action sectoriels prévus dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité. « La Stratégie nationale pour la biodiversité intègre désormais les mesures du Grenelle Environnement. Elle rassemble les actions devant permettre d’enrayer l’érosion de la biodiversité d’ici 2010, objectif partagé avec les autres pays de l’Union européenne. Tous les acteurs concernés doivent dès à présent se mobiliser pour intégrer la biodiversité dans l’ensemble des politiques publiques et des acteurs d’activités » déclarent Jean-Louis BORLOO et Chantal JOUANNO. Lire la suite

Comment calculer le prix d’une abeille ? d’un paysage ? d’une eau potable ?


Les écosystèmes rendent de nombreux services dits « services écologiques » ou « services écosystémiques » qu’on classe parfois comme bien commun et/ou bien public. Ce sont des processus naturels utiles et souvent nécessaires aux populations humaines sans qu’elles aient à agir pour les obtenir . Par exemple la production de l’oxygène de l’air par les végétaux, la production de plancton qui nourrit les poissons que nous pêchons, l’épuration naturelle des eaux par les sols, l’activité des pollinisateurs des cultures, les organismes qui produisent et entretiennent l’humus, le stockage naturel de carbone dans le bois, les sols, les mers et le sous-sol. Sans oublier la beauté des paysages et des milieux de vie que nous offre la Nature.

Très attendu, le rapport français sur la valeur économique de la biodiversité

« L’approche économique de la biodiversité et des services liés aux éco systèmes « , le rapport du Centre d’Analyse Stratégique (CAS) a été présenté mercredi 29 avril 2009  par M. Bernard Chevassus-au-Louis, président de la commission de travail, aux ministres Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, en présence de M. Pavan Sukhdev, coordinateur de la TEEB (The Economy of Ecosystem and Biodiversity, parfois appelé le « rapport Stern de la biodiversité ».

  • reservcesnaturelles2Quel bilan dresser des connaissances scientifiques sur le thème de la monétarisation des services rendus par les écosystèmes et de la valeur de la biodiversité ?
  • Quels sont les enjeux socio-économiques de la diversité biologique en France, y compris dans les départements et collectivités d’Outre-mer ?
  • Quel cahier des charges pour d’éventuelles recherches ultérieures ?
  • Quelles seraient les premières valeurs de référence pour la prise en compte de la biodiversité, qui pourront être utilisées notamment dans les études socio-économiques relatives aux projets d’infrastructures ? Lire la suite

La secrétaire d’État veut protéger 2 % du territoire


Lors du 28e Congrès des réserves naturelles, la secrétaire d’État à l’écologie a confirmé le renforcement de la mission des réserves naturelles dans le domaine de la conservation de la biodiversité,  dans le cadre de la stratégie nationale de créations d’aires protégées définie en 2008 par Jean-Louis Borloo et qui est l’un des engagements du Grenelle de l’Environnement et de la stratégie nationale pour la biodiversité.

reservcesnaturelles2

Les 163 réserves naturelles nationales existantes couvrent 138 000 ha en métropole, et près de 2,6 millions d’ha à l’Outre-mer, dont 2,27 pour la seule réserve naturelle nationale des terres australes et antarctiques françaises

14 réserves ont été créées depuis l’année 2005, la dernière en date étant la réserve naturelle nationale des Coteaux de la Seine (Val-d’Oise et Yvelines (268 hectares). Les réserves naturelles assurent une protection réglementaire des espèces sauvages, des habitats naturels, et du patrimoine biologique. Les réserves naturelles régionales, d’initiative locale, sont une composante importante du dispositif. « Le réseau des réserves naturelles est extrêmement dynamique. Au-delà de la protection d’espaces naturels inestimables, et de leurs espèces sauvages, le travail scientifique de terrain réalisé par les réserves est crucial. Il contribue à notre connaissance de la biodiversité, de ses évolutions, et des impacts du changement climatique sur la biosphère » a déclaré lors de la clôture du congrès la secrétaire d’État à l’écologie, Chantal Jouanno à Divonne-les-Bains.

Trois nouveaux parcs nationaux annoncés

Lire la suite

Semaine du Développement durable, du 1er au 7 Avril, et le 2ème salon « Planète durable »


La 5e édition de la Semaine du développement durable se tiendra du 1er au 7 avril 2007. À ce jour, 1636 actions de sensibilisation initiées par des associations, collectivités, entreprises ou particuliers sont inscrites au programme.  Quand au 2ème salon « PLANETE DURABLE »,  c’est le rendez-vous national pour adopter une démarche éco-citoyenne.

sdd_250x250_30koL’organisation de la Semaine du développement durable est pilotée par le ministère du Développement durable. Cette opération a pour objectifs :

  • d’expliciter auprès du grand public la notion de développement durable
  • d’inciter le grand public à adopter des comportements quotidiens favorables au développement durable
  • d’apporter au grand public des solutions concrètes
  • de valoriser le Grenelle Environnement et les mesures qui en sont issues

La Semaine du développement durable se place, cette année encore, dans la ligne du Grenelle Environnement, qui donne un sens nouveau à cette opération : outre la nécessité de provoquer une prise de conscience, qui a désormais eu lieu en France, il est nécessaire de donner au citoyen les moyens d’agir concrètement en faveur du développement durable.

Salon Planète durable : 2 au 5 avril, Paris

Lire la suite

Réorientation des aides à l’agriculture pour une PAC préventive, juste et durable


Toucher aux revenus des céréaliers (environ 47 000 euros par an en moyenne), pour en redistribuer une partie aux éleveurs, qui gagnent seulement 10 600 euros. Alors que ses prédécesseurs avaient botté en touche, Michel Barnier a décidé que le pas serait franchi dès 2010, en anticipation du réaménagement de la politique agricole commune (PAC) prévu en 2013. Ce rééquilibrage bénéficiera aux élevages herbagers, à l’agriculture biologique, aux protéines végétales, à l’agriculture de montagne.
1039612383_b3613ac59c

Génisse de race Montbéliarde

4 objectifs : emploi, agriculture durable, élevage à l’herbe, gestion des risques

Michel Barnier a présenté, le 23 février devant le Conseil d’orientation de l’économie agricole et alimentaire (CSO) les modalités de mise en oeuvre du bilan de santé de la Pac qui s’appliqueront à partir de 2010. « Nous voulons, avec le bilan de santé, que la Pac soit juste, durable, préventive. Au total plus équilibrée et plus légitime », a indiqué le ministre. Avec le plan »Objectif Terres  » annoncé une semaine avant, c’est l’aboutissement concret des engagements oris par l’interprofession et les pouvoirs publics lors du Grenelle de l’Environnement. Au total, 1,4 milliard d’euros d’aides directes seront redistribuées dont 940 millions aux éleveurs bovins et ovins sous forme d’aide à la production d’herbe. Enfin, le bio n’a pas été oublié avec 60 millions et 40 millions sont débloqués pour soutenir la culture de protéines végétales comme la luzerne.

18 % des aides directes de la PAC, soit 1, 4 Md d’euros,  seront redéployés sur 4 axes :

Lire la suite

« Objectif terres 2020 » : le déclin du modèle agricole productiviste officialisé


Nous l’avions rêvé, Michel Barnier l’a fait ! Cette fois-ci, plus de doute, l’agricul­ture française change de cap. Le plan « Objectif Terres 2020 » veut promouvoir un « nouveau modèle agricole français » fondé sur le développement durable avec pour objectif de « produire plus et produire mieux ». Ce plan est une mise en forme des nouvelles priorités agricoles françaises, il s’accompagne d’un redéploiement d’une partie des aides de la PAC, qui  devrait bénéficier entre autres aux élevages herbagers, à l’agriculture biologique, aux protéines végétales, à l’agriculture de montagne, à l’apiculture.…bref à la biodiversité  en milieu rural.

Michel Barnier avait déjà lancé en 2008  les plans d’action « EcoPhyto2018 », « AgroBio 2012«  visant à réorienter l’agriculture française vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement et de la santé publique, et  à la mettre en phase avec les attentes des consommateurs . Présenté à Daumeray (Maine-et-Loire), par Michel Barnier et Nicolas Sarkozy à la veille du Salon international de l’agriculture,  le plan  « Objectif Terres 2020 » comporte 60 mesures « qui doivent permettre à l’agriculture de s’adapter aux nouveaux défis de l’environnement.» Il est construit à partir des réflexions menées dans le Grenelle de l’environnement, des assises de la forêt et de celles de l’agriculture et autour de démarches innovantes, écologiquement durables et productives.


Lire la suite