L’usage du GSM peut nuire à la santé…


Dans un article du journal LE SOIR de Bruxelles du 15 Octobre 2008, le journaliste Christophe SCHOUNE dévoilent lespremiers résultats de la plus grande enquête épidémiologique jamais menée à ce jour, INTERPHONE. Ils confirment qu’à long terme, le portable nuit à la santé. Des résultats inquiétants qui doivent encore être confirmés. Le risque cancérigène serait « significativement accru » pour ceux qui utilisent un GSM depuis plus de dix ans.

Conduite par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), l’étude INTERPHONE, menée dans treize pays industrialisés, établit la relation entre certaines tumeurs et l’usage régulier des téléphones portables. Ces résultats synthétiques doivent toutefois nuancés à la lumière de certains biais probables, et être confirmés lors de la publication définitive, sans doute en 2009, de cette étude clef.

Utilisant un protocole commun pour étudier quatre grands types de cancers, Interphone est la plus grande étude épidémiologique réalisée à ce jour sur le sujet. Lire la suite