Un pot de chrysanthème sur la tombe d’un puceron


Le puceron du chrysanthème

Le puceron du chrysanthème

De nombreuses plantes, champignons ou bactéries sont utilisés comme insecticides, en particulier en agriculture. Ces produits d’origine naturelle sont intéressants à bien des titres (pas de résidus, action souvent sélective…), mais ils doivent être utilisés dans le respect de l’environnement.

La pyréthrine est un insecticide naturel extrait de la fleur d’un chrysanthème, cultivé et récolté au Kenya. Elle est très efficace dans le traitement de la cochenille, des pucerons, des chenilles et de nombreux autres insectes.

Cette substance est très peu toxique chez les humains et autres animaux à sang chaud, ce qui permet de l’utiliser dans les maisons. Elle possède le grand avantage de se dégrader très rapidement une fois épandue, sous l’action de la lumière. La connaissance de la Pyréthrine a permis la synthèse de substances voisines, les pyréthroïdes, possédant les mêmes caractéristiques de faible toxicité pour l’homme et de faible rémanence, qui sont largement utilisées comme insecticides (ex : perméthrines).  Ses principes actifs sont par ailleurs utilisés en médecine, par exemple dans le traitement des poux.

Il existe beaucoup d’autres insecticides naturels, parmi lesquels on peut citer :

  • la roténone, extraite à partir de racines de plantes légumineuses. Elle est utilisée pour lutter contre les chenilles, vers, acariens et pucerons ;
  • les purins d’orties, de consoude, de fougères… qui sont bien connus des jardiniers bio.

Lire la suite

Semaine Sans Pesticides, du 20 au 30 Mars 2009


affiche_jaune_papillon_petiteLa quatrième édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides aura lieu du 20 au 30 Mars 2009. Depuis sa création en 2006, la Semaine pour les alternatives aux Pesticides est l’événement fédérateur et novateur qui permet de maintenir la pression sur les décideurs et prouver que l’on peut et que l’on doit aujourd’hui se passer des pesticides.

Pendant 10 jours des associations, ainsi que des collectivités, des jardineries, des agriculteurs, mèneront partout en France des actions variées pour sensibiliser tous les publics sur les risques sanitaires et environnementaux liés à l’utilisation des pesticides et pour prouver que des alternatives viables aux traitements chimiques existent. à travers des conférences, des projections de films, des débats, des expositions ou des spectacles, des sorties sur le terrain, des visites et portes ouvertes en jardins ou exploitations agricoles ; des grandes métropoles aux villes moyennes en passant par la campagne, cette mobilisation a désormais acquis une véritable dimension européenne.

Toutes ces actions citoyennes démontrent que les risques sanitaires et environnementaux liés à l’utilisation des pesticides sont désormais inacceptables et que les alternatives aux traitements chimiques existent et qu’elles sont viables. Lire la suite

Zéro mauvaise herbe dans les champs : adieu miel et papillons !


Pourquoi les abeilles disparaissent-elles ? Et avec elles des dizaines d’insectes pollinisateurs qui ont un rôle crucial sur la fécondation de nombreuses plantes ou arbres. Outre les effets des insecticides déversés à tonneaux par les agriculteurs, les scientifiques soulignent les impacts de la révolution agricole qui a eu lieu en Europe depuis 1960 . Faisons le point sur la place laissée par l’homme aux « fleurs des champs » : elle a régressée de 67 % en 30 ans.

Les fleurs des champs ou des arbres sont le garde-manger des insectes butineurs

Mais qu’il soit un papillon ou une abeille, que vient-il récolter dans la fleur ? Les plantes nectarifères secrètent au niveau leur fleur un nectar, substance qui possède un pouvoir d’attraction sur les insectes ou certains oiseaux (oiseaux-mouches). Les plantes pollinifères, elles, produisent du pollen. Certaines espèces de plantes ne produisent que du nectar (par exemple la luzerne) ; d’autres par contre ne produisent que du pollen (le coquelicot). Enfin, de nombreuses espèces végétales sont à la fois nectarifères et pollinifères (l’érable). Enfin, on appelle plantes mellifères celles qui produisent des substances récoltées par les abeilles domestiques pour être transformées en miel. Beaucoup de plantes sont mellifères, mais seulement une partie peut être butinée par les abeilles domestiques du fait de leur morphologie (encombrement du corps, longueur de trompe…). Nombreuses de ces plantes consommées par les insectes pollinisateurs sont considérées comme « mauvaises herbes » des champs et des jardins (3), et traqués comme telles.

Les insectes sont responsables de 80 % de la fécondation des plantes à fleur, dont 9,5% de la valeur de l’ensemble de la production alimentaire mondiale !

Lire la suite

A chaque saison , ses fruits et ses légumes


Selon la Fondation Nicolas Hulot, “un fruit importé hors saison par avion consomme 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit localement.” Aurions-nous perdu notre bon sens ? Réapprenons les saisons. Pour le plaisir du palais, pour notre équilibre et la santé de notre planète….

legumes_odelices-iphone

Pour plusieurs raisons, il est préférable de consommer des fruits et légumes de saison, par rapport à notre lieu d’habitation :

Lire la suite

Défendre la biodiversité et (re)découvrir les pommes de nos grands-pères


Ne pas faire croire qu’il n’y a qu’une pomme, mais rappeler qu’il existe des milliers de variétés différentes et donner une place à celles qui sont toujours oubliées, simplement parce qu’elles ne sont pas commerciales. Découvrez l’univers méconnu de ce fruit pourtant si familier, qui représente la troisième production fruitière au monde.

Vu dans « La Montagne », un article de Christophe Legrand

Défendre la biodiversité et (re)découvrir un des produits phares de la Corrèze : tels étaient les objectifs de la 23e Fête de la pomme de Saint-Viance. Lanterne, museau de lièvre, blanche du Saillant, roselette, reinette dorée : voici quelques-unes des variétés corréziennes que le public pouvait découvrir toute la journée.

Organisée chaque année depuis 1985 par la Fédération des Associations Laïques, les établissements scolaires, la mairie , la manifestation veut sensibiliser et éduquer les différents publics – jeunes, adultes, personnes âgées vivant en zone rurale ou urbaine – au respect de l’environnement et de la biodiversité. Le tout en dégustant du cidre, du jus de pommes, des tartes ou des gâteaux. Lire la suite

Jardinet durable : 52 gestes de Rustica


Comme tout le milieu du jardinage et des espaces verts, l’hebdomadaire Rustica affirme son orientation sur le thème « bio et naturel ».
Geste n°3

Geste n°3

Une fois par semaine, faites un geste simple pour préserver les sols, développer la biodiversité, économiser l’énergie, favoriser les synergies entre plantes…

La revue Rustica a publié le guide « 52 gestes responsables » . A télécharger en kiosque ou à consulter en ligne sur le site Rustica

Nous pouvons agir. Chacun à notre niveau. Nous pouvons cultiver notre jardin autrement. Nous pouvons recycler. Nous pouvons protéger les espèces menacées de nos régions. Nous pouvons planter des arbres pour nos enfants. Lire la suite

Monsanto retoqué : le RoundUp n’est pas biodégradable


Ancien emballage du RoundUp pour les jardiniers

Ancien emballage du Round-Up pour les jardiniers

Le combat d’Eaux et Rivières de Bretagne est couronné de succès. La cour d’appel de Lyon a confirmé le verdict du tribunal de première instance condamnant la firme agro-alimentaire pour publicité mensongère à propos de son désherbant vedette, le Roundup. Ce jugement marquera t-il un tournant sur la prise de conscience des dégâts affligés par les pesticides à l’environnement et à la santé publique ?

Déja condamné pour publicité mensongère en janvier 2007 mais ayant fait appel, l’agrochimiste Monsanto vient de voir ce jugement confirmé par la cour d’appel de Lyon. Non mais ! Deux dirigeants de la firme sont condamné à verser 15 000 euros d’amende. La cour a ainsi confirmé le jugement de première instance et suivi l’avocat général, qui le 1er octobre, avait estimé qu’il n’était pas nécessaire d’augmenter le montant de l’amende infligée le 26 janvier 2007 par le tribunal correctionnel de Lyon à l’encontre de l’ancien président de Monsanto Agriculture France, dont le siège est à Bron (Rhône). L’ancien dirigeant est condamné pour avoir notamment présenté l’herbicide comme « biodégradable » et laissant « le sol propre ».
Lire la suite