Les OGM ont un sérieux coup dans l’aile !


Les semenciers OGM ont subi quelques revers ces derniers temps. Extension du moratoire du maîs Monsanto Mon810 au Luxembourg et à l’Allemagne, revirement de position du commissaire européen à l’Environ­­nement, graines OGM de mauvaise qualité livré par Monsanto en Afrique du Sud, envahissement des champs OGM par des plantes résistantes au RoundUp… Le bouquet : une étude américaine qui démontre que les variétés OGM ne sont pas plus productives que les semences  naturelles !

A son tour, l’Allemagne a dit non au Mon 810

europe-sans-ogmEn activant la clause de sauvegarde contre le Mon 810, l’Allemagne, poids lourd de l’UE, a rejoint le camp des opposants au maïs OGM de Monsanto (France, Grèce, Autriche, Hongrie et Luxembourg). « Cette décision n’est pas politique », s’est défendue la ministre de l’Agriculture allemande. « Elle a été prise dans l’intérêt de l’environnement », et s’appuie sur deux études apportant « des éléments scientifiques nouveaux », a-t-elle assuré. En ces temps de prudence économique, le principe de précaution redevient populaire. Pour preuve, le revirement de la position de Stavros Dimas, commissaire européen à l’Environ­­nement, qui a estimé, au lendemain de la décision allemande, qu’il fallait « redonner une direction à la législation actuelle opérant comme un pilote automatique. »

Les semences OGM ne sont pas plus productives que les classiques

Lire la suite

Publicités

Les maïs OGM s’incrustent au salon de l’agriculture !


Salon de l’Agriculture 2009 – Hilarant ! Deux épis de maïs OGM sème la zone sur les stands INRA, FNSEA, Confédération Paysanne….


Greenpeace France

Notes d’information :
Lire la suite

Camouflet pour Monsanto à Bruxelles


Sur 27 pays de l’UE , 22 ont refusé de forcer l’Autriche et la Hongrie à cultiver le maïs MON 810 de Monsanto, désavouant la Commission européenne. Une bonne nouvelle pour la France et la Grèce, deux pays également récalcitrants à la culture de ce maïs, et dont la position doit aussi être examinée au niveau européen ce printemps. Un désaveu cinglant pour la Commission Européenne et l’EFSA. José Baroso désavoué devra t-il partir ?

europe-sans-ogmLes autorités autrichienne et hongroise avaient récemment apporté de nouvelles preuves scientifiques qui justifient leurs moratoires nationaux et prouvent que le MON810 – le seul OGM actuellement cultivé en UE – a très vraisemblablement des effets négatifs sur l’environnement.

22 ministres de l’Environnement sur les 27 pays de  l’UE ont rejeté lundi 2 Mars la proposition de la Commission européenne qui visait à forcer les Etats membres d’accepter les cultures d’OGM sur leurs territoires. La Hongrie peut maintenir son moratoire sur le maïs transgénique MON810 de Monsanto et l’Autriche ceux sur le MON810 et le T25 de Bayer. Qui plus est, le scrutin est sans ambiguïté, alors qu’on l’annonçait plutôt serré : lors du vote à Bruxelles, seuls cinq Etats membres – le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Finlande, la Suède et l’Estonie – se sont prononcés ce lundi en faveur de la levée des interdictions hongroise et autrichienne.

Pour José Manuel Barroso, qui s’était personnellement impliqué dans le dossier, le vote sonne comme un désaveu personnel, alors même qu’il est candidat à un nouveau mandat à la tête de la Commission européenne. « La Commission européenne et son président, M. Barosso, seront-t-ils un jour capables de comprendre le refus des Etats membres de cultiver ces semences mal évaluées ? Ces innombrables et répétées tentatives de passage en force sont inacceptables ! » s’indigne Rachel Dujardin, porte-parole de GreenPeace France

Premières réactions

Lire la suite

Avec Greenpeace, soutenez l’interdiction du maïs MON810


De nombreuses études scientifiques ont démontré l’impact négatif des organismes génétiquement modifiés (OGM) sur l’environnement, c’est pourquoi quatre pays européens – l’Autriche, la Hongrie, la France et la Grèce – ont décidé d’interdire la culture du maïs MON810 sur leur territoire. Ce maïs est le seul OGM autorisé à la culture commerciale en Europe, Pourtant, la Commission européenne, suivant un agenda très favorable aux OGM, tente de forcer ces États membres à lever leurs interdictions nationales. Le 2 Mars, 22 pays sur les 27 pays de l’UE ont refusé de lever les moratoires instaurés par l’Autriche et par la Hongrie.

C’est maintenant aux ministres de l’Agriculture de l’Union européenne de statuer le 23 Mars sur le droit de la France et de la Grèce à protéger leur biodiversité, leur agriculture et la santé de leurs citoyens du danger que représente ce maïs génétiquement modifié. L’avenir des interdictions autrichienne et hongroise dépend du vote des Ministres de l’Environnement du conseil du 2 mars, tandis que le sort des clauses de sauvegarde de la France et de la Grèce sera décidé ultérieurement.

Dix pays clés tiennent entre leurs mains le destin de ces interdictions : l’Allemagne, la République Tchèque, la Roumanie, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Estonie, la Slovaquie, la Bulgarie et la Belgique.

Merci d’écrire aux ambassades de ces pays pour leur demander de soutenir le droit de la Grèce et de la France à conserver un environnement et une agriculture sans OGM.

Depuis la fin des années 90, l’Europe a autorisé la mise en culture et l’importation de nombreux OGM alors que leurs risques potentiels ne sont pas évalués que les opinions publiques leur sont massivement opposées.

Lire la suite

Des politiques créent un think thank « Biodiversité »


Un sénateur UMP et une sénatrice Verts qui s’entendent pour faire bouger les choses et entraînent avec eux des élus et des associations, voilà une démarche qui mérite d’être soulignée. Mme Blandin et M. Legrand ont lancé le 12 Novembre au Sénat le « Comité pour la biodiversité » .

pissenlit_131x115

Annoncé lors des assises « Ensemble pour la biodiversité » qui s’étaient tenues au Sénat le 15 novembre 2006, le « Comité pour la biodiversité » est une association qui se définit comme une structure de réflexion, d’échange et de concertation. L’objectif est d’ informer et à proposer des pistes pour que la biodiversité soit mieux prise en compte à tous les niveaux. Elle réunira élus, associations, employeurs, salariés mais aussi des personnalités qualifiées et des scientifiques, ainsi que des représentants des syndicats et du patronat, sur le modèle des groupes de travail du Grenelle de l’environnement. Le financement de ce comité sera assuré par les cotisations des membres mais « on espère aussi du mécénat », indique Christophe Aubel, porte-parole de la ligue Roc pour la protection de la nature.

« Il y a encore beaucoup de décideurs qui n’ont pas compris que les services rendus par la biodiversité sont le ferment de notre vie », estime Mme Blandin devant la presse. Pour éviter des doublons avec les actions qui pourraient être prises par ailleurs dans le cadre d’autres organisations, une « charte de qui fait quoi » va être établie, assure la sénatrice.

« Pour bien comprendre l’enjeu de la biodiversité, prenons l’image d’un avion en vol qui perdrait un à un ses boulons. A un certain moment la perte d’un énième boulon fera chuter l’aéronef. La perte de ce boulon est le fait générateur de l’accident, et pourtant la chute est conditionnée par la perte de l’ensemble des pièces manquantes ! La réflexion sur les OGM doit être abordée sous cet angle. Avant qu’il ne soit trop tard. Avant que ne cède l’ultime boulon qui causera notre chute. » expliquait Jean-François Legrand le 16 Mai 2008.

Lire la suite

Le maïs OGM Mon810, c’est pas bon pour la reproduction, quoiqu’en pense l’EFSA


Encore une mauvaise nouvelle..pour la firme agro-chimique Monsanto. Au terme d’une sérieuse étude, des scientifiques autrichiens découvrent des modifications des organes et une baisse de la fertilité de souris nourris avec du maïs transgénique issu du croisement de MON 810 et NK 603, qui est autorisé à l’alimentation humaine et animale en Europe.

mais_380Le 11 novembre 2008, les résultats d’une l’étude de nourrissage avec des produits OGM étaient présentés dans les locaux de l’Agence autrichienne pour la Santé et la Sécurité Alimentaire. Jens Karg, qui suit la campagne OGM pour GLOBAL 2000 (Amis de la Terre Autriche) sonne l’alarme : « Bien que l’Agence Européenne pour la Sécurité Alimentaire ait toujours donné un bon point au maïs MON810 quant à son innocuité, cette étude autrichienne de nourrissage montre que ce maïs est dangereux. Les résultats démontrent des effets négatifs sur la fertilité et des modifications des organes. Ceux qui nous parlent encore de sécurité sont prêts à prendre le risque d’un Tchernobyl génétique. »

Ce mois de novembre est crucial pour protéger l’Europe d’une ‘invasion’ des OGM. Le 4 décembre prochain, les ministres de l’Environnement de l’Union Européenne vont prendre une décision fondamentale : faciliter l’autorisation des OGM en Union Européenne ou réviser sérieusement le système d’évaluation et d’autorisation pour protéger l’Europe des OGM. Agissez pour une Europe sans OGM avec Greenpeace.

Lire la suite

Pétition pour la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM


Conformément aux conclusions du Grenelle de l’Environnement (1) et aux déclarations ministérielles (2) , nous réclamons:

– un réel moratoire sur les OGM pesticides avec l’application de la clause de sauvegarde (3) sur le maïs Monsanto 810

– une loi qui garantisse la liberté et le droit de produire sans OGM pour les agriculteurs et les apiculteurs

– un étiquetage des produits (laits, œufs, viandes et poissons) issus d’animaux ayant consommé des plantes OGM

>>> Diffusez et faite signer la pétition