Quand l’Académie vole au secours des opérateurs de téléphonie mobile


canard_bouygues001

Science sans conscience...

On sait qu’avec la multiplication des antennes-relais GSM sur le territoire, la pollution électromagnétique est une des 7 causes suspectées dans la disparition des abeilles. Le Canard enchaîné revient sur le communiqué du 4 mars  de l’Académie de Médecine, déclarant que les antennes-relais de téléphonie  mobile sont inoffensives. Il s’étonne de la procédure anormale qui a abouti à cet avis pris hors commission, et qui a été publié dans un communiqué dont l’auteur serait à la fois membre du conseil d’administration d’EDF et du conseil scientifique de Bouygues Telecom.

Au bon beurre ! L’Académie de Médecine épinglée par le Canard

Dans un article paru mercredi 11 mars, Le Canard enchaîné pointe les réactions autour de la condamnation en appel le 4 février dernier de l’opérateur de téléphonie Bouygues, contraint de démonter une antenne dans le Rhône, une première en France. En publiant  un communiqué sur les antennes relais de téléphone mobile le 4 mars dernier, l’Académie de médecine aurait mélangé les genres et « appuyé » Bouygues Télécom.

Lire la suite

Publicités

La très haute tension reconnue néfaste pour les animaux d’un élevage


Pour la première fois, la justice a établi le lien de causalité entre une ligne à très haute tension et des troubles sanitaires graves signalés sur des animaux. Cela fait des années que les champs électromagnétiques générés par les lignes électriques sont soupçonnés d’être dangereux pour le vivant. Mais EDF a toujours niée toute relation de cause à effet.

« Lorsque vous tenez un néon à la main, il s’allume tout seul »


Le tribunal de grande instance de Tulle a en effet condamné le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité RTE à verser près de 400.000 euros à un éleveur dont les troupeaux de vaches et de porcs présentaient notamment une hausse de la mortalité infantile et une baisse de la natalité.

L’exploitation agricole de la famille Marcouyoux, spécialisée dans l’élevage bovin et porcin à Latronche en Corrèze, est traversée par une ligne à haute tension qui est devenue en 1990 une ligne à très haute tension (THT), soit supérieure ou égale à 400.000 volts. Depuis,les troupeaux ont peu à peu été atteints de problèmes respiratoires, de baisses des défenses immunitaires, de taux de natalité anormalement bas ou encore de taux de mortalité infantile élevés. « 10% du lait est perdu » en raison de maladies digestives ou génitales subies par les vaches. Et selon Michel Marcouyoux, sous la ligne: « lorsque vous tenez un néon à la main, il s’allume tout seul« .

Lire la suite