« Le Titanic apicole », un DVD de Kokopelli


Le film documentaire « Le Titanic agricole », est un cri d’alarme. Que deviendrait l’humanité sans les Abeilles? C’est aussi un réquisitoire implacable contre les empoisonneurs publics, les Monsanto, les Bayer, les Basf, les Syngenta, etc. Prenons conscience de la “Terreur Pesticide”: l’empoisonnement de l’humanité et de toute la biosphère. Réalisé par Dominique Guillet et d’Ananda Guillet, ce DVD de 2h15, est disponible à la vente sur le site de Kokopelli.

Alors que selon l’Inra (l’Institut national de la recherche agronomique), 35 % de la production agricole mondiale (en poids) dépend des insectes pollinisateurs, les Abeilles transhument vers le néant. Les ruches se vident en moins d’une semaine. C’est une nouvelle catastrophe, qui s’annonce d’amplitude planétaire, car les abeilles pollinisent 40 % des récoltes agricoles et une grande partie de la flore naturelle. Cette catastrophe se nomme “syndrome d’effondrement des colonies”. Ce film documentaire de 2h15, réalisé par Dominique Guillet et Ananda Guillet, est un cri d’alarme. Que deviendrait l’humanité sans les abeilles? C’est aussi un réquisitoire implacable contre les empoisonneurs publics, les Monsanto, les Bayer, les Basf, les Syngenta, etc.

La survie de plus de 80 % des espèces végétales dépendent de la pollinisation par les insectes.

Lire la suite

Signez la pétition contre le Cruiser


Le gouvernement a autorisé l’utilisation du Cruiser, un insecticide neurotoxique déjà utilisé en Allemagne et en Italie. Selon le syndicat des apiculteurs, ce produit aurait fait des ravages chez les abeilles en Italie. France Nature Environnement vous propose ici de signer une pétition pour protester.
Manifestation à Paris dapiculteurs contre le pesticide Cruiser, en février dernier (Sipa)

Manifestation à Paris d'apiculteurs contre le pesticide Cruiser, en février 2008 (Sipa)

Le Cruiser est un puissant insecticide contre les taupins et l’oscinie, fabriqué par Syngenta, il contient du thiaméthoxam, un produit neurotoxique pour les insectes. Interdit en Allemagne, il  a été autorisé en France par le Ministère de l’Agriculture début 2008, puis interdit , puis de nouveau autorisé en Décembre 2008  .  Une illustration du pouvoir du lobby des »produits de sante de la plante » (sic). La décision provoque la colère de l’Unaf (Union Nationale de l’Apiculture Française), qui souligne les faiblesses du dossier, les chiffres alarmants en provenance d’Italie, l’expérience du Gaucho et du Régent avant leur interdiction.

>> Signez dès maintenant cette pétition sur le site de la France Nature Environnement

Lire la suite

Le point sur la disparition des abeilles


Article : « La disparition des abeilles : enquête » Date : 16 mai 2008, mis à jour le 23 Décembre 2008 Source : Science.gouv.fr – Ministère de l’Enseignement et de la Recherche (France). – Texte intégral

Ce phénomène, mondial, mobilise des chercheurs de toutes nationalités. Il pourrait avoir des conséquences très graves : la disparition des insectes pollinisateurs serait un désastre écologique menaçant l’agriculture et une grande partie de nos ressources alimentaires. Probablement multifactoriel, le dépérissement des colonies d’abeilles trouve une partie de ses causes dans les activités humaines et leurs influences sur les paysages, les ressources et les équilibres écologiques.

Un phénomène déjà connu

Abeille charpentière

En 2007, les Etats-Unis tirent la sonnette d’alarme : les abeilles disparaissent massivement et soudainement. Partout dans le monde, le taux de mortalité apicole atteint des records, de la fin de l’année 2006 à la fin de l’hiver 2007 : perte de 60 % des colonies aux USA et jusqu’à 90 % dans certains Etats de l’Est et du Sud ; 40 % des ruches se sont vidées au Québec, 25 % des colonies sont décimées en Allemagne, idem à Taiwan, en Suisse, au Portugal, en Grèce et dans de nombreux autres pays d’Europe. Pour la première fois, une estimation des pertes financières potentielles liées à la disparition des abeilles est réalisée : près de 15 milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis. Les médias alertent alors l’opinion publique.

Des colonies victimes d’un « syndrome d’effondrement »

Lire la suite

Sauvons la Grande Ourse…et les papillons de nuit


« Oubliez la nuit, car en ville, elle n’existe plus ». Selon l’Atlas Mondial de la clarté artificielle du ciel nocturne, les halos lumineux masquent aujourd’hui la vision de 90% des étoiles dans les métropoles. Par peur ancestrale du noir, l’homme s’éclaire. Il illumine tout. Les étoiles nous voient, mais nous nous ne les voyons plus. La « pollution lumineuse » qui modifie l’alternance du jour et de la nuit, affecte les citadins, la faune et la flore. Elle est probablement partiellement responsable de la régression, voire de la disparition de certaines espèces animales et végétales.

La lumière artificielle perturbe la faune et la flore

La lumière a également un effet important sur le biorythme de l'homme

En biologie, on utilise le terme photopollution pour décrire l’impact nocif de la lumière nocturne sur la faune et la flore. Aujourd’hui, pour de nombreuses espèces vivant la nuit, le premier facteur de disparition est la destruction physique des écosystèmes, immédiatement suivi par … la pollution lumineuse comme source de destruction directe ! Cela fait des millénaires que l’homme en utilise les effets directs de la lumière sur les animaux : pêche au fanal, feu pour éloigner les bêtes féroces, chasse aux phares …Mais on commence à peine à en découvrir les effets à long terme sur les métabolismes, sur les activités des espèces non seulement nocturnes mais également diurnes selon leur adaptation. Lire la suite

Zéro mauvaise herbe dans les champs : adieu miel et papillons !


Pourquoi les abeilles disparaissent-elles ? Et avec elles des dizaines d’insectes pollinisateurs qui ont un rôle crucial sur la fécondation de nombreuses plantes ou arbres. Outre les effets des insecticides déversés à tonneaux par les agriculteurs, les scientifiques soulignent les impacts de la révolution agricole qui a eu lieu en Europe depuis 1960 . Faisons le point sur la place laissée par l’homme aux « fleurs des champs » : elle a régressée de 67 % en 30 ans.

Les fleurs des champs ou des arbres sont le garde-manger des insectes butineurs

Mais qu’il soit un papillon ou une abeille, que vient-il récolter dans la fleur ? Les plantes nectarifères secrètent au niveau leur fleur un nectar, substance qui possède un pouvoir d’attraction sur les insectes ou certains oiseaux (oiseaux-mouches). Les plantes pollinifères, elles, produisent du pollen. Certaines espèces de plantes ne produisent que du nectar (par exemple la luzerne) ; d’autres par contre ne produisent que du pollen (le coquelicot). Enfin, de nombreuses espèces végétales sont à la fois nectarifères et pollinifères (l’érable). Enfin, on appelle plantes mellifères celles qui produisent des substances récoltées par les abeilles domestiques pour être transformées en miel. Beaucoup de plantes sont mellifères, mais seulement une partie peut être butinée par les abeilles domestiques du fait de leur morphologie (encombrement du corps, longueur de trompe…). Nombreuses de ces plantes consommées par les insectes pollinisateurs sont considérées comme « mauvaises herbes » des champs et des jardins (3), et traqués comme telles.

Les insectes sont responsables de 80 % de la fécondation des plantes à fleur, dont 9,5% de la valeur de l’ensemble de la production alimentaire mondiale !

Lire la suite

Les apiculteurs manifestent dans plusieurs villes


C’était Mercredi 3 Décembre 2008 la Journée d’action nationale contre l’homologation du pesticide neurotoxique CRUISER, organisée par l’UNAF et les organisations environnementales, à Paris et dans différentes villes de France. (Cliquer ici pour lire le communiqué de presse et le dossier de presse)
Apiculteur au travail

Apiculteur au travail

Les défenseurs des abeilles sont « en colère contre la probable homologation » du Cruiser. « Quel éleveur accepterait de voir 40 % de son cheptel disparaitre en 1 mois ? » Le Cruiser, insecticide utilisé principalement pour la culture du maïs, a reçu en janvier 2008 une autorisation de mise sur le marché de la part du ministère de l’Agriculture pour une durée d’un an. Le dossier doit être réexaminé dans les jours prochains par le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier. Dénonçant « un manque de concertation » et « l’absence de crédibilité du processus de suivi » de cet insecticide, apiculteurs et défenseurs de l’environnement réclament son interdiction définitive à partir de 2009. « Ce produit toxique est un grand danger pour les abeilles, pour les plantes mais aussi pour les oiseaux, car il est intraçable et sa seule poussière peut contaminer n’importe quelle plante, fleur ou cours d’eau« , affirme Jean-Marie Barbançon, apiculteur dans la Drôme.

Que deviendrait l’humanité sans les Abeilles ? le film documentaire « Le Titanic agricole », est un cri d’alarme.

Réalisé par Dominique Guillet et d’Ananda Guillet, ce DVD de 2h15, est disponible à la vente sur le site de Kokopelli. Lire la suite

Omerta sur les pesticides


Alors que les pesticides envahissent nos assiettes, qu’ils font parfois de nos sols des déchets toxiques (voir Libération du 6 janvier 2006), qu’ils déciment toujours nos abeilles… des hommes et des femmes : écologistes, scientifiques, politiques, médecins, agriculteurs….s’unissent pour dénoncer les méfaits des pesticides et pour promouvoir des méthodes alternatives respectueuses de l’Homme et de son environnement.

« Pesticide, non merci »

Un film de Michel CROZAS documentaire réalisé avec le soutien du Conseil Général Isère, de la région Rhone Alpes et de l’Adabio.

Lire la suite