Des poisons dans nos maisons. Marie-Christine Blandin sonne l’alarme.


produit_la_75596On se sent souvent soulagé une fois franchi le pas de la porte d’entrée. Loin du bruit, de l’agitation et de la pollution qui rendent parfois notre quotidien si désagréable. Pourtant, nos maisons n’ont rien du petit nid douillet que l’on imagine. Bien au contraire. Ecoutez Madame Blandin , elle parle d’or. Vous ne regardez plus votre intérieur de la même manière.

Interview de Marie-Christine Blandin, sénatrice Vert du Nord, qui a publié en janvier 2008 un rapport sur les risques et dangers pour la santé humaine de substances chimiques d’usage courant. Ce rapport propose de mieux évaluer les risques, de disposer d’indicateurs de l’état de santé de la population, de développer le principe de précaution et de parvenir à élaborer des produits moins toxiques. Madame Blandin énonce 20 recommandations dont la première est d’appliquer le principe de précaution !

Santé environnementale : interview de Marie-Christine Blandin, sénatrice Vert du Nord, par Provence Aix 21, le 3 Mars 2009

Aucune femme en âge de procréer ne devrait être exposée à des solvants :

Interview réalisé par Pierre Luton, paru dans le magazine mutualiste Rail & Progrès (MGC) et sur Naturavox

Lire la suite

De l’Homo Erectus à l’Homo Toxicus


afficheAprès l’homo consommatus, serions-nous entrés dans l’ère de l’homo toxicus ? Une enquête-choc, à la première personne, dans le monde des contaminants chimiques qui se retrouvent à notre insu dans notre corps et même dans celui du fœtus ou du nouveau-né par le biais de la paroi utérine ou du lait maternel…

Le documentaire canadien Homo Toxicus de Carole Poliquin commence par un bon flash: après une prise de sang, la réalisatrice apprend que son organisme héberge 110 contaminants à infimes doses. Elle ne devrait pas s’inquiéter, selon Santé Canada… N’empêche, elle va rencontrer résidants et experts canadiens et européens pour savoir si le fait d’être contaminée de la sorte aura éventuellement des conséquences.

Transmettrons-nous à nos enfants notre patrimoine toxique ?

Lire la suite

« La grande invasion » – Enquête sur les produits qui intoxiquent notre vie quotidienne


« La grande invasion – Enquête sur les produits qui intoxiquent notre vie quotidienne ». De Stéphane Horel
En vingt ans, l’asthme a doublé et touche aujourd’hui 10 à 12 % des enfants en France. Aux Etats-Unis, le cancer chez les petits a progressé de 30 % à 40 % en vingt-cinq ans pour les leucémies et les tumeurs du cerveau, et de près de 70 % pour les cancers du testicule (Environmental Health Perspectives, juin 1998). La pollution de l’air à l’intérieur des maisons est de plus en plus suspectée d’en être en partie la cause.

Actuellement on accorde peu d’intérêt aux études sur la qualité de l’environnement dans la maison, alors que son impact sur la santé est certainement au moins aussi important que celui de l’environnement extérieur. Pourtant nous passons en moyenne 22 heures sur 24 en espace clos ou semi-clos,
Lire la suite

Pourquoi manger bio ?


Les produits bio sont-ils plus sains pour l’environnement ? Le bio est-il vraiment bio ? La bio peut-elle nourrir le monde ? Pourquoi c’est important en restauration collective ? …Et les OGM dans tout çà ? Le site REPASBIO apporte des réponses précises, qui relèvent davantage de l’information citoyenne que de la communication vers les consommateurs. A vous d’en faire bon usage !

dessinUn produit issu de l’agriculture biologique a une histoire particulière ; sa production s’est effectuée dans une recherche constante d’équilibre entre des considérations écologiques, éthiques et économiques.

A l’emploi de substances chimiques de synthèse (pesticides, herbicides, etc.) se substitue une recherche de prévention des risques : choix de variétés et d’espèces adaptées aux conditions locales (et au plaisir des papilles des consommateurs !), diversifiées et résistantes aux maladies, observation régulière de l’évolution des cultures et de l’état de santé des animaux… L’agriculture biologique fait appel à une fertilisation organique et interdit les engrais chimiques, limite fortement l’emploi de médicaments pour la santé animale et interdit l’usage d’organismes génétiquement modifiés y compris dans l’alimentation animale. Lire la suite