Sushi contre Thon rouge : l’UE réduit de 15 jours la campagne de pêche en Méditerranée


AFP –  La campagne de pêche au thon rouge en Méditerranée sera raccourcie de 15 jours en 2009 pour la flotte de l’UE, et les quotas de capture des thoniers senneurs réduits de près de 3.000 tonnes, a-t-on appris mercredi 14 Avril de source européenne. Cela risque de ne pas être suffisant pour sauver l’espèce, qui est sur la liste rouge de UICN. A l’origine du problème : la mode des sushis japonais. Plus que jamais, l’expression « manger la planète » prend son sens.

Les sushis sont fatals pour l’espèce !

thon-rougeLa campagne 2009, qui commence jeudi 15 avril à 00H00, a été raccourcie de 15 jours et « se terminera le 15 juin » au lieu du 30 pour la flotte communautaire, a-t-on précisé. La Commission a par ailleurs réduit de 27% les quotas alloués aux navires communautaires et a négocié une réduction de la capacité de pêche de leur flotte avec la mise à la casse de 26 navires par la France, l’Italie et Malte. Elle a en outre décidé de geler les capacités des fermes d’élevage et de renforcer les contrôles à bord des navires, dans les ports et dans les fermes, afin d’éviter les fraudes. « C’est la dernière chance » d’éviter la fin pure et simple de cette pêche », avertissent les responsables européens. Ces mesures devraient permettre d’éviter une fermeture anticipée de la pêche, comme ce fut le cas en 2008. Mais les responsable européens s’attendent à des réactions négatives, car ces mesures mettent en danger des revenus considérables. Rapellons que le thon rouge pâtit de la faramineuse demande du marché japonais. Ce pays drainerait de 90 à 95 % des prises de thon rouge, un poisson qui peut se transiger à plus de 50 000 euros. Et la popularité croissante du sushi à travers le monde ajoute à cette pression d’exploitation.

Une population de reproducteurs décimée

Lire la suite

Le thon rouge de Méditerranée menacé par la surpêche


A la fin de la conférence de Marrakech, la Commission internationale pour la conservation des thonidés (CICTA) a réduit les quotas de pêche au thon rouge 22 000 tonnes pour l’année 2009. Les défenseurs de l’environnement dénoncent le risque d’extinction de l’espèce; et les pêcheurs dénoncent l’absence de mesures efficaces pour les faire respecter les quota.

Le succès du sashimi, une tragédie pour le thon rouge

Le thon rouge est utilisé cru dans les recettes de sushimi

Le thon rouge est utilisé cru dans les recettes de sushimi

Le quota total de pêche pour ce poisson très prisé, en particulier par le Japon qui achète 80 % de la pêche, va être réduit de 28.500 tonnes cette année à 22.000 tonnes l’an prochain, puis à 19.950 tonnes en 2010, aux termes de l’accord conclu lundi au Maroc. Car le thon rouge qui se vend très cher au Japon, aiguise les appétits. Les pêcheurs français ont touché de 5,50 à 6,50 euros le kilo en 2007 contre 2 euros pour le merlan. Rapellons le danger d’extinction de l’espèce réside dans les pêches illégales. On évalue en effet à près de 60 000 tonnes les quantités de thons rouges capturés en 2007, alors que la pêche devait être limitée à quelque 29 500 tonnes. Les dépassements de quota font hurler l’UE et les défenseurs de l’environnement, alors que les scientifiques mettent en garde contre un effondrement des stocks.  Ce poisson prisé pour les sushis est-il menacé ? Oui, affirme Jean-Marc Fromentin, un des spécialistes mondiaux du dossier à l’Institut français de recherche sur la mer (IFREMER).
« Les niveaux d’exploitation ne sont pas durables. Si on continue comme ça, les analyses scientifiques indiquent clairement qu’il y a un risque important d’effondrement du stock de thon rouge et des pêcheries. Lire la suite