« Nous resterons sur terre » : le film


Film d’auteurs, ce documentaire de Pierre Barougier et Olivier Bourgeois , dresse l’état des lieux d’une harmonie brisée par quelques décennies de fantasme progressiste illimité et d’épuisement frénétique des ressources naturelles.

Les changement climatiques inquiètent, les espèces s’éteignent, les villes s’étendent…
Une tragédie est en train de s’écrire. Qu’avons nous perdu ? Que nous reste-t-il à perdre ? Pouvons-nous inverser le cours des choses ? Le voulons-nous ?

La diffusion du film dans les salles françaises est prévue pour le 8 Avril 2009.
Lire la suite

« J’AI VU CHANGER LA TERRE » sur France 5


Le changement climatique n’est pas une abstraction amenée à prendre corps à l’horizon 2020, 2050 ou encore 2100. Aux quatre coins du monde, nombre de nos semblables subissent déjà les conséquences de la dégradation de leur environnement. Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, chasseurs… Ces femmes et ces hommes, dont le mode de vie est intimement lié à la nature, témoignent de l’urgence à faire évoluer nos comportements pour préserver notre bien le plus précieux : la planète Terre. Ce sont des témoins d’un nouveau genre. Ils ont « vu changer la Terre » et nous le disent.

Ils sont notre miroir – car nous nous reconnaissons en chacun d’eux – et nous projettent l’image d’un avenir incertain si nous restons indifférents. « J’AI VU CHANGER LA TERRE » est une collection de 10 films documentaires de 52 minutes qui nous emmène à la rencontre de la réalité vécue par ces personnages : élévation du niveau de la mer, érosion des côtes, désertification des sols, disparition de la faune et de la flore, dégradation des récoltes …

Chaque documentaire raconte donc une histoire. Lire la suite

Malin! Soutenir l’installation des agriculteurs bio


En ces périodes de turbulences boursières, de scandales financiers et de frilosité des banques, ne faut-il pas revenir aux valeurs essentielles. Terres de liens et ses partenaires de la filière Bio lance un appel public à l’épargne, pour soutenir l’installation et le développement de producteurs bio.

La production bio ne couvre pas les besoins du marché français

teresdelines-fonciere

Les produits sans pesticides ni engrais de synthèse représentent 2 % du chiffre d’affaires global du secteur. Ils bénéficient cependant d’une croissance à faire rêver n’importe quel investisseur : 9,5 % par an depuis 1999 pendant que l’ensemble du marché alimentaire progressait de 3,6 %. Et plus de quatre Français sur dix déclarent consommer des produits bio (dont la grande majorité au moins une fois par mois) . Face à cet essor continu de la consommation de produits bio, la France manque drastiquement de producteurs : agriculteurs, éleveurs, maraichers… Le Bio ne représentait que 12 000 exploitations en 2007, 557 133 ha, soit 2 % de la surface agricole. Aussi le Grenelle de l’environnement a prévu de passer à 20 % de produits bio dans la restauration collective publique d’ici 2012 et 6 % de la surface agricole utile en agriculture biologique d’ici 2010.

Importer les produits est une hérésie pour une nation agricole comme la notre…et ce n’est pas très écologique camarade. Et puis, comme l’INRA vient de le souligner avec force, l’agriculture durable ou biologique favorise la biodiversité, maintient l’équilibre des paysages et lutte contre la désertifcation des campagnes françaises. Alors ?

Lire la suite