Ecologie urbaine : un concept appliqué à la lettre dans le Bliesgau


Avec ses aires urbaines, le Bliesgau est la réserve de biosphère avec la plus grande densité de population au monde.Le concept d’écologie urbaine est fondamental pour le Bliesgau, zone protégée allemande ajoutée au Réseau mondial de réserves de biosphère de l’UNESCO qui en compte 522.  Le Bliesgau n’est pas le premier site du Réseau qui intègre en son sein des aires urbaines, mais il est le seul où la densité de la population atteint 310 habitants par km2. Mais pour les responsables du projet de préservation du Bliesgau, les composantes économique et sociale du développement durable sont tout aussi importantes que ses aspects écologiques.

par Jens Lubbadeh,  in « Le Courrier de l’UNESCO » Juin 2009

Au coeur de l’Europe de l’Ouest, la Sarre est le « Midi » de l’Allemagne

bliesgau03_250.jpgPetite mais impressionnante, telle pourrait être la devise de la Sarre, le plus petit Land allemand, hormis les villes-États d’Hambourg, de Berlin et de Brême. Quelque peu isolée au sud-ouest du pays, elle donne l’impression d’être une petite annexe de la grande Allemagne. Cernée en grande partie par le vaste Land de Rhénanie-Palatinat, elle a une frontière commune avec la France au sud et taquine du museau le Luxembourg à l’ouest.  C’est également l’un des coins les plus chauds de l’Allemagne. Rien d’étonnant donc à ce que la Sarre soit peuplée depuis des milliers d’années, comme en témoignent les traces laissées par ses premiers habitants. Le Gollenstein, un menhir vieux de 4 000 ans, atteste la présence humaine dans la région dès l’âge de pierre. Plus tard, ce sont les Romains qui se plurent en Sarre, Jules César ayant conquis ce territoire alors qu’il était peuplé par des Celtes. Ce sont également les Romains qui introduisirent la vigne dans la région, marquant le début d’une longue tradition qui allait perdurer jusque dans la première moitié du 20e siècle dans la vallée de la Blies.

43 % du territoire du Bliesgau est en zone protégée

Lire la suite

Publicités

L’UNESCO désigne 22 nouvelles réserves de biosphère dans 17 pays


26 mai 2009 – L’UNESCO a désigné 22 nouvelles réserves de biosphère qui viennent s’ajouter au réseau mondial qui en compte désormais 553 dans 107 pays. La décision a été prise par le Conseil international de coordination du Programme L’Homme et la biosphère (MAB-CIC) lors de sa 21e session qui se tient du 25 au 29 mai 2009 sur l’île de Jeju (République de Corée). En France, 10 zones bénéficient de ce label.

korea01_400Les réserves de biosphère sont des sites reconnus qui innovent et font la démonstration de nouvelles approches de gestion intégrée de la biodiversité et des ressources terrestres, côtières et marines. Les réserves sont aussi des sites d’expérimentation et d’étude pour le développement durable.

Le Programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère (MAB) propose un projet interdisciplinaire basé sur la recherche et le renforcement des capacités dans le but d’améliorer les relations entre les gens et leur environnement global.  Lancé au début des années 70, ce programme a pour principale mission de réduire la perte de biodiversité par des approches écologiques, sociales et économiques. Il utilise son réseau mondial de réserves de biosphère comme un outil d’échange des connaissances, de recherche et de surveillance, d’éducation et de formation, et un défi pour les responsables politiques.

A ce jour, dix réserves de biosphère ont été classées en France : la mer d’Iroise, la forêt de Fontainebleau et le Gâtinais, les Vosges du Nord/Pfalzerwald, la commune de Fakarava (Polynésie française), les Cévennes, le mont Ventoux, le Luberon, la Camargue, la vallée du Fango (Corse) et l’ archipel de la Guadeloupe .

Les 22 nouvelles réserves de biosphère : Lire la suite